Agence de Presse de l'Amérique Latine

Fernández Mell et Prensa Latina

La Havane, 25 juin (Prensa Latina) Le commandant Oscar Fernández Mell, décédé dimanche à l’âge de 88 ans, a été saluéhier par plus d’une centaine de personnalités et d’anciens combattants au Panthéon des Forces Armées Révolutionnaires de Cuba.


Une délégation de l´agence d´information Prensa Latina a assisté à la cérémonie, non seulement parce qu’il s’agissait d’une nouvelle de portée internationale, mais parce que Fernandez Mellavait été très proche de la création et du début de ce média qui vient de célébrer ses 60 ans.

Lors d’une récente entrevue avec cette agence, le général de brigade de la Réserve a souligné le parcours du fondateur de la Prensa Latina, l’Argentin Jorge Ricardo Masetti, qu’il a décrit comme un journaliste exceptionnel.

Fernández Mell a été l’assistant d’Ernesto Che Guevara pendant plusieurs années et l’a accompagné en mission internationaliste au Congo.

'Le premier qui m’a parlé de la création d’une agence (d´information) était le Che, bien sûr, une idée coordonnée avec Fidel', a-t-il expliqué.

Je ne peux pas dire qu’elle allait s’appeler la Prensa Latina, mais il parlait agence souveraine. Il voulait avoir un moyen de donner les nouvelles de la Révolution, a-t-il signalé.

L’assistant du Che, qui était également chef des services médicaux militaires, a reçu des instructions précises. C’est là que le Che m’a dit : 'Il faut aider Masetti'.

« En tant que président de l’ordre des médecins, je lui ai fourni le cinquième étage du bâtiment au coin des rues N et 23 (siège de l’Ordre des Médecins) », a-t-il raconté.

« C’est pourquoi, a-t-il souligné, je me sens un peu fondateur de l’agence ».

Il se souvint que le Che se rendait à l´agence dePrensa Latina tous les jours dans les premiers temps. À un moment de la journée, il passait par l’agence, a-t-il confié.

Fernández Mell, qui a ensuite occupé plusieurs postes militaires, politiques et diplomatiques, a déclaré que Masetti « faisait tout. Il avait une grande ténacité. Il n’avait pas d’heure pour travailler, ni pour se reposer ».

En mai 1960, Fernández Mell a dirigé la première brigade d’assistance médicale cubaine au Chili, frappé par ce qu’on a connu comme le « Grand tremblement de terre » des villes de Concepción et de Valdivia.

Il a rappelé que cette initiative avait été lancée du bureau de Masetti.

« Quand j’ai appris le tremblement de terre, je suis allé dans son bureau pour lire les câbles, et Masettialui-même proposé d’organiser une aide médicale pour le Chili », a-t-il précisé.

peovc/jl