Agence de Presse de l'Amérique Latine

Pasteurs pour la Paix : nous prenons des risques mais nous sommes à Cuba

La Havane, 26 juin (Prensa latina) "Nous prenons le risque de voyager à Cuba parce que nous voulons être vous et vous exprimer notre solidarité", a déclaré hier la directrice exécutive de la Fondation interreligieuse pour l’organisation communautaire IFCO-Pasteurs pour la Paix, Gail Walker.


"Nous avons voyagé en courant le risque d’être sanctionnés ou emprisonnés, mais nous le faisons pour être aux côtés de Cuba et exprimer notre solidarité", a-t-elle souligné en arrivant l’aéroport international José Martí de cette capitale avec plus d’une trentaine de personnes  à la caravane organisée par cette organisation.

Aujourd’hui, notre présence est plus importante que jamais en raison de l’hostilité du gouvernement des États-Unis, et nous sommes très heureux d’avoir des membres de différentes régions, a souligné Walker.

Nous ne savons pas ce qui se passera lorsque nous rentrerons à la maison, car c’est précisément au moment où nous préparions ce voyage que le président des États-Unis, Donald Trump, a mis en place les restrictions de voyage à Cuba dans la catégorie d´échange de peuple à peuple, a-t-il expliqué.

Interdire les échanges entre les peuples est une mauvaise chose, a regretté la visiteuse nord-américaine.

Dans la logique de mon père, le révérend Lucius Walker, on ne demandait pas la permission de venir, il ne demandait pas de licence, et nous avons gardé cette position politique, a déclaré l’activiste.

'Nous refusons de demander la permission de venir à Cuba, nous continuons à embrasser l’idée que l’amour est ce qui nous amène à venir', a-t-il souligné.

'Nous allons continuer à venir pour montrer notre amour et notre solidarité', a déclaré Walker, qui a été reçu par le président de l’Institut Cubain d’Amitié avec les Peuples, Fernando González, et le révérend Raúl Suarez, fondateur du Centre Martin Luther King.

Nous avons été témoins de l’amour des gens pour Cuba, nous avons visité 45 villes aux États-Unis, au Canada et au Mexique, et des citoyens de ces nations sont venus avec nous, a souligné Walker.

De nombreuses personnes, y compris aux États-Unis, savent qu’il y a des progrès à Cuba dans l’éducation et la santé, dans la protection de l’environnement, dans le respect des droits des femmes et de la communauté LGBT, a-t-elle souligné.

La caravane Pastores por la Paz effectue des voyages à Cuba depuis 1992 et garde l’héritage de l’amitié entre les dirigeants de la Révolution cubaine, Fidel Castro (1926-2016), et de l’organisation religieuse nord-américaine, le révérend Lucius Walker (1930-2010).

peo/jf/joe