Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba ira de l´avant malgré l´embargo, assure Aldo Diaz Lacayo

Managua, 5 Juillet (Prensa Latina) Malgré tout ce qu’implique l´embargo, le peuple cubain et ses dirigeants s’en sortiront, ils surmonteront avec force cette situation difficile, a assuré l’historien nicaraguayen Aldo Díazlacayo.


'Le blocus économique, financier et commercial imposé par les États-Unis à l’île des Caraïbes il y a près de 60 ans n’est qu’une violation flagrante et immorale du droit international', a-t-il déclaré en interview exclusive.

Il a noté que cette politique est condamnée par la grande majorité des pays, « l’illégitimité et l’illégalité du blocus étant attestées par les résolutions adoptées à l’Organisation des Nations Unies, non seulement pour les dommages au peuple cubain, mais aussi pour son impact sur les relations commerciales ».

L’historien octogénaire a évoqué la recrudescence de cet instrument politique avec l’entrée en vigueur du titre III de la loi Helms-Burton, qui permet aux citoyens étasuniens de réclamer devant les tribunaux de leur pays des biens nationalisés par la Révolution cubaine au début des années 60.

« Ceci est dérisoire, compte tenu de l’impossibilité virtuelle d’appliquer ce titre sur l’île parce que cela dépend des lois cubaines, et parce que la plupart des entreprises nationalisées ont été indemnisées, seules quelques-unes n’ont pas accepté le paiement pour des raisons spéculatives », a noté l’intellectuel.

Mais, a-t-il averti, ce qui est le plus intéressant dans le blocus et dans son ensemble régulateur, c’est qu’il a eu l’effet contraire à son intention de décimer le peuple cubain et de mettre fin à sa Révolution.

'Je suis sûr que la conscience populaire après 60 ans de Révolution, et de l´embargo qui l’accompagne, que l’unité populaire autour de ce projet politique, et l’expérience populaire contre ce type d’agressions, fera que la réponse soit habituelle : unité et résistance', a commenté l’ancien diplomate.

Diaz, diplômé en médecine, en droit et en philosophie des universités de Puebla (Mexique), du Honduras et de La Havane, estime que le peuple et le gouvernement cubains ont la capacité suffisante pour faire face avec succès à cette nouvelle agression.

À cet égard, il a indiqué que s’il est vrai qu’il y a eu de graves préjudices et qu’ils ne font qu’aggraver la situation d’une nation bloquée il y a six décennies, il est également vrai que Cuba est le pays le plus préparé au monde pour faire face à de telles mesures.

Il est intéressant de noter que l’île caribéenne n’est pas la seule touchée par l´embargo, étant donné son caractère extraterritorial, la loi Helms-Burton affecte d’autres pays, y compris des nations alliées des États-Unis, et cela contrevient aux dispositions des relations internationales et du commerce mondial.

'C’est un coup de pied porté à la diplomatie bilatérale et multilatérale', a déclaré l’ancien conseiller du Ministère nicaraguayen des Affaires Étrangères.

Mais, a-t-il souligné, ces sanctions et leur aggravation ne surprennent pas la direction et le peuple cubains, 'sans doute elles multiplieront les difficultés, mais ce n’est pas nouveau dans les relations entre Washington et La Havane, du moins au cours des 60 dernières années',a-t-il estimé.

peo/tgj/avs