Agence de Presse de l'Amérique Latine

ONU : le monde ressent déjà les effets dévastateurs des crises climatiques

Nations unies, 27 juillet (Prensa Latina) Les effets dévastateurs de la crise climatique se font sentir aujourd’hui dans le monde entier, a alerté le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, appelant à une action urgente pour enrayer cette tendance.


Cette question suscite de vives inquiétudes à l’ONU, qui a convoqué en septembre prochain un Sommet sur l’Action Climatique, auquel les dirigeants du monde entier doivent présenter des propositions d’actions concrètes.

Du Pacifique jusqu’aux Caraïbes et en Afrique de l’Est, j’ai vu des gens dans le monde entier subir les effets dévastateurs de la crise climatique, a commenté Guterres sur son compte Twittter en partageant la convocation de l’événement sur le sujet en septembre.

'Nous avons tous un rôle important à jouer', a-t-il ajouté.

Cette semaine, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) s’est dite alarmée par la vague de chaleur qui frappe l’Europe avec des records historiques, et les experts ont indiqué qu’elle était l’un des effets du changement climatique.

Les vagues de chaleur intenses et étendues portent la signature du changement climatique anthropique, conformément aux découvertes scientifiques, a déclaré Claire Nullis, porte-parole de l’OMM.

Si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, les températures estivales moyennes pourraient être jusqu’à 4,5 degrés plus élevées qu’aujourd’hui, a-t-il noté.

En fait, a-t-il ajouté, 2019 devrait figurer parmi les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées en raison du changement climatique.

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, une vague de chaleur généralisée a frappé l’Europe, laissant d’innombrables records de températures maximales et minimales, de perturbations des transports et des infrastructures et de stress pour la santé humaine et l’environnement, rapporte le site officiel de l’ONU.

Selon les spécialistes, la vague de chaleur en Europe est causée par l’air chaud en provenance d’Afrique du Nord et d’Espagne.

La vague de chaleur de juillet succède à une vague inhabituellement précoce et exceptionnellement intense en juin, qui a établi des records de température en Europe et a assuré que ce mois de juin était le plus chaud enregistré sur le continent, avec une température moyenne de 2 degrés Celsius au-dessus de la normale.

Le directeur du département du Climat et de l’Eau de l’OMM a expliqué que les vagues de chaleur sont cohérentes avec la découverte scientifique qui montre des événements de chaleur plus fréquents, prolongés et intenses, car les concentrations de gaz à effet de serre entraînent une augmentation des températures.

Pour sa part, le Groupe Intergouvernemental sur le Changement Climatique a indiqué dans son rapport de 2018 que la limitation du réchauffement à 1,5 degré Celsius au lieu de 2 degrés pourrait faire que 420 millions de personnes de moins soient exposées à de fortes vagues de chaleur.

peo/tgj/ifb/cvl