Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’inaction de l’Espagne concernant les migrants secourus par des ONG est dénoncée

Madrid, 12 août (Prensa Latina) L’organisation non gouvernementale (ONG) Proactive Open Arms a dénoncé aujourd’hui ce qu´elle a qualifié d’indifférence du Gouvernement espagnol face au drame des 150 personnes sauvées par son navire en mer Méditerranée.


Le directeur de Proactive, Oscar camps, a demandé du bon sens à l’exécutif social-démocrate de Pedro Sánchez, qu’il a accusé de ne pas avoir demandé l’intervention de l’Union Européenne (UE) pour tenter de débloquer la situation.

Le navire Open Arms, avec 150 migrants à bord, se trouve depuis le 1 août en face de l’île italienne de Lampedusa en attendant d’être autorisé à débarquer, suite au refus des gouvernements italien et maltais et à l’inaction des autres pays de l’UE.

Selon divers articles de presse, les personnes secourues sont entassés dans un espace d’un peu plus de 180 mètres carrés.

Dans une interview accordée lundi à la chaîne de radio Cope, l’activiste a averti que 'la situation à bord de l’Open Arms est de plus en plus tendue et complexe'.

Nous avons dû évacuer trois autres personnes malades parce que la situation était intenable, a souligné le responsable de l’ONG, ce qui, a-t-il souligné, provoque des discussions et des problèmes de coexistence à l’intérieur du bateau.

Il a reproché à l’administration de Sanchez d’avoir oublié que le navire de l’Open Arms est battant pavillon espagnol.

'Ils devraient nous protéger, comme ils le font pour le Sauvetage Maritime (organisme public chargé de la sécurité dans les eaux espagnoles), face à cette situation d’impuissance où nous sommes menacés d’amendes et de sanctions', a exprimé Camps, qui assure ressentir de l’indignation.

L’Espagne a laissé entendre vendredi dernier que l’Italie avait la responsabilité d’accueillir les personnes aidées par son ONG en Méditerranée centrale.

'Les normes internationales disent qu’un navire dans la situation de l’Open Arms doit se rendre au port de sécurité le plus proche, et c’est ce que nous voulons qu’il fasse', a souligné la porte-parole du gouvernement espagnol en exercice, Isabel Celaá.

'L’Espagne assume ses responsabilités, probablement comme aucun autre pays d’Europe', a réaffirmé aujourd’hui le ministre du Développement, José Luis Ábalos, qui a ajouté que 'permettre à d’autres de ne pas l’assumer n´apparait pas être non plus le plus raisonable'.

Il faut faire appel aux normes internationales et que chaque pays assume ses responsabilités dans la zone qui lui revient, a-t-il conclu.

Il a reproché à l’Italie de ne pas avoir respecté les accords internationaux par sa politique de fermeture des ports, mais n’a pas avancé les actions ou décisions que le gouvernement espagnol pourrait prendre dans ce sens.

peo/mgt/edu