Agence de Presse de l'Amérique Latine

La fin de l’injustice contre Lula da Silva est demandée en France

Paris, 13 août (Prensa Latina) Le Comité de Solidarité en France avec Luiz Inácio Lula da Silva lance aujourd’hui dans cette capitale une campagne de collecte de signatures et de sensibilisation des citoyens pour réclamer la liberté de l’ancien président brésilien emprisonné.


Lors d´un échange avec Prensa Latina, Carla Sanfelici, l´une des membres du mouvement, a précisé que l’apport des signatures inclurait des français et des étrangers, y compris des politiciens et des diplomates.

Nous interagirons également avec les gens à proximité du Centre Pompidou, une zone parisienne très fréquentée, car il y a en France une méconnaissance et un silence médiatique autour de l’affaire Lula, a-t-elle ajouté.

Le leader et fondateur du Parti des Travailleurs (PT) brésilien est en prison depuis avril 2018 pour des allégations de corruption qui n’ont jamais été prouvées.

Beaucoup ignorent encore qu’il s’agit d’un prisonnier politique et que la lutte pour sa cause n’est pas seulement une question de justice, elle est aujourd’hui au centre de la bataille des classes, a estimé Sanfelici.

Selon l’activiste, l’enfermement du politicien de 73 ans ne peut pas être considéré comme un fait isolé, car il fait partie d’une offensive qui va notamment de la facilitation de l’arrivée au pouvoir du représentant de l’extrême droite Jair Bolsonaro à la croisade visant à renverser les gouvernements du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua.

Sanfelici a expliqué que les actions de ce mardi coïncident avec des manifestations au Brésil d’étudiants et de mouvements sociaux qui rejettent les coupes budgétaires dans l’enseignement et la réforme de la sécurité sociale, et pour la défense de l’éducation publique.

Le Comité de Solidarité en France avec Lula comprend entre autres le Parti Communiste, la France Insoumise, l’Association France Cuba, le mouvement Colombie Humaine, le noyau du PT à Paris, Morena France, le POI et le Collectif Révolutionnaire des Équatoriens de France.

peo/Wmr