Articles

La liberté immédiate de Lula est exigée en France

Paris, 14 août (Prensa Latina) Des organisations politiques et sociales réunies au sein du Comité de Solidarité en France avec Luiz Inácio Lula da Silva ont exigé hier la liberté de l’ancien président brésilien comme seule issue aux injustices commises contre lui.


Les militants français, brésiliens, équatoriens, colombiens et vénézuéliens, entre autres, se sont rendus dans les environs du centre Pompidou pour faire connaître aux parisiens et aux visiteurs étrangers la réalité de l’affaire de Lula, condamné à une peine de prison pour des faits corruption qui n´ont pas été prouvés devant la justice.

Les actions ont consisté à mettre en place une affiche avec l’image du fondateur du Parti des Travailleurs (PT), à distribuer des imprimés détaillant sa situation et à dialoguer avec les personnes qui transitaient par le lieu.

Les participants ont également recueilli des signatures pour soutenir la revendication de liberté du politicien et combattant social de 73 ans.

Carla Sanfelici, l’une des organisatrices de la mobilisation, a indiqué à Prensa Latina que ce mardi débutait en France une campagne de pétition visant à annuler le procès de Lula, d´où l’objectif d’impliquer la population locale dans cet effort.

Il est important que Lula soit libre, et l’appui international est essentiel pour y parvenir, car c’est un prisonnier politique emblématique dans la lutte des classes, a-t-elle manifesté.

Selon Sanfelici, des actions comme celle d´hier sont nécessaires pour lutter contre la manipulation médiatique et la méconnaissance de l’affaire.

Pour sa part, Maria Bernadette Entratice -une autre organisatrice de l’acte de solidarité- a insisté sur l’urgence de faire connaitre les mensonges révélés qui ont conduit à la condamnation de Lula.

« Il a été inculpé sans crime parce qu’il fallait l’enfermer pour empêcher sa victoire aux élections d’octobre 2018 », a-t-elle dénoncé.

Pour Entratice, la cause du dirigeant brésilien doit être soutenue par tous ceux qui sont de bonne foi et qui défendent la justice.

Rosario Borja, représentant les révolutionnaires équatoriens en France, Maigualida Rivas du Cercle Bolivarien et ALBA France, et Hernando Franco pour la Colombia Humana sont également intervenu au début de la campagne de revendication de liberté de Lula.

En plus de demander la fin de l’injustice contre Lula, ils ont également dénoncé la croisade de la droite pour imposer en Amérique Latine le néolibéralisme au détriment des peuples.

De même, ils ont répudié les persécutions politiques et la manipulation auxquelles sont confrontés dans la région des dirigeants engagés pour en faveur de changements sociaux, comme Rafael Correa et Jorge Glas en Équateur et Gustavo Petro en Colombie.

Le Comité de Solidarité en France avec Lula comprend également le Parti Communiste, la France Insoumise, l’Association France Cuba, le PT à Paris, Morena France et le Parti ouvrier international.

Peo/wmr