Articles

Des experts mettent en garde contre les manipulations de la réalité nicaraguayenne

Managua, 14 août (Prensa Latina) Les médias locaux soulignent aujourd’hui l’avertissement des experts de la Commission de la Vérité, la Justice et la Paix du Nicaragua sur la manipulation médiatique et les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux concernant la réalité du pays.


Les membres de la commission chargée d’enquêter sur les événements liés à la tentative de coup d’État d’avril 2018 et sur la vague de violence qui y est associée, ont souligné que de telles actions entravent le processus et en compromettent les résultats.

Le titulaire du groupe d’experts, Cairo Amador, a exhorté ses compatriotes à « promouvoir la bonne utilisation des réseaux sociaux et des médias, face à l’augmentation des fausses informations, qui ne contribuent pas au processus de paix et de réconciliation que nous, les nicaraguayens , appelons de nos vœux ».

« Que nous nous engagions tous à ne plus utiliser les réseaux sociaux uniquement pour continuer à détériorer l’image du Nicaragua en diffusant toujours de fausses nouvelles », a-t-il souligné.

La commission d’experts a expliqué que des personnes malveillantes ont modifié la liste des personnes privées de liberté dans le cadre de la tentative de coup d’État en y incluant 17 personnes qui n´ont pas fait l’objet d’une enquête.

'En ce qui concerne une liste de personnes privées de liberté, cette commission signale que les noms qui y sont mentionnés n’ont pas été inclus lors de la table de négociation et n’ont donc pas été confirmés, et n’ont donc pas été remis au Comité de la Croix-Rouge internationale', ont précisé le déroulement du procès.

Toutefois, ils ont indiqué que ces 17 nouvelles personnes feraient l’objet d’une enquête de la même manière que les 927 détenus confirmés grâce au travail des experts.

La Commission vérité, justice et paix présentera à la fin du mois d’août un quatrième rapport sur les événements survenus au Nicaragua l’année dernière, lorsque des groupes d’opposition ont tenté de prendre le pouvoir par la violence, ce que  le gouvernement considère donc comme une tentative de coup d’État.

Des chiffres mis à jour grâce aux enquêtes de la commission indiquent que la tentative de coup d’État a laissé, outre les détenus, un bilan de 253 morts, de 2000 blessés et de plus d’un milliard de dollars de pertes économiques.

Ce n’est pas la première fois que les experts nicaraguayens mettent en garde contre de telles manipulations, dans le passé, ils avaient déjà dénoncé des informations faisant état d’une augmentation exponentielle du nombre de victimes  et de prétendus affrontements violents entre manifestants et forces de l’ordre alors que le pays était dans un calme absolu.

peo/mgt/avs