Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Le blocus contre le Venezuela étend ses tentacules au domaine sportif

Par Wiliam Urquijo Pascual

 Caracas, 28 août (Prensa Latina) Le blocus économique, commercial et financier mis en place par le gouvernement étasunien affecte aujourd’hui les domaines les plus sensibles de la vie au Venezuela et étend ses tentacules au domaine sportif.

 

Dans une décision totalement liée à la politique hostile de Washington contre Caracas, les Grandes Ligues de Baseball nord-américaines (MLB) ont interdit à leurs joueurs affiliés de participer à la ligue vénézuélienne de la discipline, l’une des plus grandes compétitions classiques hivernales des Caraïbes.

 'MLB a été en contact avec les agences gouvernementales concernées au sujet de l’arrêté du président (Donald) Trump sur le Venezuela', a indiqué l’entité dans un communiqué diffusé par des médias spécialisés.

 L’organe directeur de ce sport aux États-Unis suspendra ses liens avec la Ligue Vénézuélienne de Baseball Professionnel (LVBP) jusqu’à ce qu’il reçoive des instructions selon lesquelles la présence de joueurs appartenant à des clubs des MLB est 'conforme à l’ordre exécutif', est-il ajouté dans le document.

Depuis le 5 août dernier, l’administration de Donald Trump a intensifié ses attaques contre la nation sud-américaine en activant l’embargo total sur tous les biens et intérêts du Gouvernement vénézuélien sous la juridiction des États-Unis.

 L’action punitive a en outre autorisé le secrétaire au Trésor, en consultation avec le secrétaire d’État, à 'imposer des sanctions aux personnes qui soutiennent le président Nicolas Maduro et à restreindre l’entrée aux États-Unis de personnes sanctionnées.

 De l’avis de l’analyste Franco Vielma, la position des MLB, liée à la politique agressive de Washington, revient à nier le discours selon lequel les mesures d’asphyxie sont dirigées uniquement contre l’exécutif bolivien, et n’affectent pas le peuple ou d’autres secteurs de la société.

 'L’aggravation du blocus contre le Venezuela affecte maintenant l’une des relations d´ordre privé les plus connues au Venezuela, celle qui existe entre la MLB et la LVBP', a souligné l’expert du portail de rechercheMisionVerdad(Mission Vérité).

 Bien que les grandes ligues aient demandé au Gouvernement des États-Unis une dérogation expresse pour poursuivre leurs activités au Venezuela, on note dans ce cas l´évidente portée des mesures coercitives et unilatérales qui affectent la population et ont un champ d’action bien au-delà de l’État, a précisé Vielma.

 En évaluant la portée possible de la décision annoncée par les MLB, le commissaire de la Confédération de Base-ball Professionnel des Caraïbes, Juan Francisco Puello, a estimé qu’il était dommage que la politique et le sport se confondent ainsi.

 Puello a indiqué que l’entité caribéenne était en train de recueillir toutes les informations et tous les détails sur l’impact potentiel de la mesure annoncée par les Grandes Ligues, qui, a-t-il souligné, est strictement due à des dispositions prises par son gouvernement.

 De même, divers médias se sont fait l’écho des déclarations du joueur lanceur de baseball Guillermo Moscoso, qui aurait contesté la position des MLB d’interdire aux joueurs appartenant à ce circuit de participer à la ligue professionnelle du pays sud-américain.

 « Je suis un Vénézuélien avec une citoyenneté américaine et ils me disent que je ne peux pas jouer au Venezuela. Je n’ai pas fait partie d’une équipe aux États-Unis depuis 2013. Je suis vénézuélien et je pense que j’ai le droit de jouer », a indiqué le joueur de baseball sur le réseau social Twitter.

 Le premier vice-président du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), DiosdadoCabello, a à son tour assuré lors d’une conférence de presse que, malgré les sanctions, la saison 2019-2020 de la ligue de baseball locale aurait bien lieu.

 Le Venezuela a dénoncé en janvier 2019 un autre cas de politisation du sport, lorsque, sous la pression des MLB, la ville de Barquisimeto a été dépossédée de l’organisation de la Série des Caraïbes (compétition réunissant les vainqueurs des ligues de plusieurs pays caribéens), qui s’est finalement tenue au Panama.

 Les grandes ligues torpillèrent alors la réalisation du classique caribéen dans la nation sud-américaine en recommandant à leurs joueurs affiliés de ne pas rester sur le territoire vénézuélien, au vu de la situation politique provoquée par l´auto-proclamation de Juan Guaidó, député d’opposition, comme président en charge du pays, et ce avec le soutien des États-Unis.

 peo/tgj/wup