Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

La Présidente du Parlement Centre-américain salue les réussites du Nicaragua dans divers domaines

Par Alain Valdes Sierra

 Managua, 28 août (Prensa Latina) La présidente du Parlement Centre-américain (Parlacen), Irma Amaya, a souligné hier les réalisations du Nicaragua en matière de droits de l’Homme, de développement économique, de sécurité et d’intégration régionale.

 

Amaya, qui se trouve dans cette capitale pour participer à une série de forums régionaux, a souligné les progrès accomplis par le pays hôte en matière de restitution des droits et de respect de ces droits, en particulier ceux des peuples autochtones et d’ascendance africaine, et des femmes.

 'Le Nicaragua est un pays pionnier en matière de défense des droits de l’Homme dans la région et a offert des leçons hautement positives pour le reste des pays', a déclaré la parlementaire salvadorienne à Prensa Latina.

 'En matière de droits de la femme, le Nicaragua est des pays les plus avancés, il y a la parité législative par exemple, et nous voudrions que d’autres nations d’Amérique Centrale s’efforcent de parvenir au niveau de ce pays en ce qui concerne les droits et la protection des femmes', a-t-elle souligné.

 Amaya a fait observer que la politique de l’État nicaraguayen envers les populations autochtones et d’ascendance africaine n’est pas seulement reconnue dans leurs droits, mais aussi par l’exercice de ces droits en raison de leur participation active dans tous les domaines de la société.

 'Lors du forum d’hier (consacré à ces groupes de population), nous avons pu constater la richesse du Nicaragua en matière d’éducation, conformément aux objectifs de développement durable fixés par l’Organisation des Nations Unies', a rappelé la première femme à exercer la présidence du Parlement Centre-américain.

 Sur le plan économique, la dirigeante parlementaire a souligné que le Nicaragua, avec sa croissance soutenue sur une décennie, avait placé l’Amérique Centrale dans une position 'favorable'.

 'La situation intérieure du pays a fait stagner ces progrès, mais la reprise est perceptible', a averti Amaya en référence à la tentative de coup d’État de la mi-2018 qui a provoqué plus d’un milliard de dollars de pertes.

 Mais, a-t-elle ajouté, j’espère que la place qu’a prise le pays en matière de croissance économique sera bientôt rétablie, car la vision qu’ils ont dans cette direction est très juste.

 La représentante du Parlement a également évoqué la sécurité des citoyens, un sujet de préoccupation constant pour le reste des pays d’Amérique Centrale, et qui a été manipulée à des fins politiques au Nicaragua.

 'Le Nicaragua est un exemple dans ce domaine, il n’y a pas de problèmes de gangs, on marche en toute sécurité au contraire de ce que disent les médias, qui font croire qu’on ne peut pas vivre ici', a-t-elle estimé.

 Puis elle a fait observer que le dialogue était le meilleur et le seul moyen de régler les problèmes et les conflits internes des pays, et que le Nicaragua en était le meilleur exemple.

 Nous sommes dans une conjoncture politique régionale complexe, a averti Amaya avant d’inaugurer la XVIIIe Rencontre Régionale de Femmes des Partis Politiques, «aucun de nos pays n’échappe aux problèmes actuels de l’humanité, auxquels nous devons ajouter les conflits internes », a-t-elle déclaré.

 'Notre appel est que les femmes sont des êtres de paix et nous souhaitons que ces conflits soient résolus de manière civilisée comme le fait le Nicaragua, par le dialogue, la concertation', a déclaré la présidente du Parlement.

 Il y aura toujours des groupes sociaux mécontents pour une raison ou une autre, a-t-elle dit, 'mais nous devons toujours tenir compte, les partis politiques, les gouvernements et les acteurs clés de la société,du fait que les conflits ne sont pas réglés en générant davantage de conflits', il a assuré.

 'Les différends sont résolus avec sagesse, en mettant sur la table les questions d’intérêt de la nation ; un conflit, aussi petit soit-il, se termine dans des situations non désirées qui nuisent aux familles et au développement des peuples', a affirmé la députée salvadorienne à Prensa Latina.

 Enfin, Amaya a évoqué la politique d’intégration régionale pratiquée par le gouvernement nicaraguayen au cours de la dernière décennie, qu’elle a qualifiée de 'visionnaire'.

 'Le Nicaragua reconnaît que nos pays ne sont pas en mesure de développer à eux seuls nos peuples ; seulement si nous sommes unis à tous égards, nous pourrions alors mettre l’Amérique Centrale à l’avant-garde', a-t-elle souligné.

 'J’aime la vision intégrationniste de ce gouvernement. Je pense qu’il y a beaucoup de choses que nous pouvons apprendre de lui', a réitéré la présidente du Parlement Centre-américain.

 peo/Jha/avs