Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le dialogue politique abordé lors de la rencontre entre Cuba et l'Union Européenne

La Havane, 9 septembre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires Etrangères de Cuba, Bruno Rodríguez, a aujourd'hui  annoncé que le dialogue sur la politique, sur le commerce, les investissements et la coopération est à l'ordre du jour pour ce Second Conseil Conjoint Cuba-Union Européenne(UE) prévu à La Havane.


Les conséquences de l'application extraterritoriale de la Loi Helms-Burton seront également abordées lors de ces rencontres, a indiqué le chef de la diplomatie cubaine sur son compte Twitter.

Rodríguez a ajouté que cette réunion, également présidée par Federica Mogherini, la Haute Représentante de l'UE pour les Affaires Étrangères, contribuera à améliorer les relations entre Cuba et l'UE.

"Nous dialoguerons sur la manière d'appliquer l'Accord Politique de Coopération qui régit les relations entre Bruxelles -siège de l'UE- et La Havane", a poursuivit le ministre.

Rodríguez et Mogherini, qui se trouve depuis hier à Cuba, ont présidé la première de ces rencontres qui s'était tenue à Bruxelles le 15 mai 2018.

L'Accord précise les conditions requises pour développer "des relations stables, mutuellement profitables et de longue durée". Il est entré officiellement en vigueur en 2017.

Au cours de la première année, ont eu lieu le premier Conseil Conjoint et le premier Sous-Comité de Coopération; tous deux ayant abouti à des résultats positifs; ce qui a été également le cas pour les cinq autres rencontres politiques qui étaient prévues à cette occasion, selon les sources diplomatiques.

Cuba a, de plus, des relations à part entière avec chacun des 28 États membres de l'UE et a célébré, l'année dernière, le 30ème anniversaire de l'ouverture des relations avec la Communauté Européenne.

Cette coopération inclut des secteurs comme la sécurité alimentaire, l'adaptation au changement climatique, les énergies renouvelables, et les échanges d'expériences pour moderniser l'économie cubaine.

Bruxelles est non seulement un important partenaire commercial mais vote toujours à l'ONU en faveur de la résolution cubaine contre l'embargo nord-américain et a rejeté l'application de l'Article III de la Loi Helms-Burton qui porte aussi atteinte aux intérêts européens.

Peo/rgh/lbp