Articles

États-Unis: élection test pour la Chambre des Représentants

Washington, 10 septembre (Prensa Latina) Une élection très spéciale va se tenir aujourd'hui en Caroline du Nord pour élire un député à la Chambre des Représentants. Tous les regards seront fixés sur les résultats -qui pourraient être très serrés- dans cette circonscription traditionnellement républicaine.


La neuvième circonscription de cet état se trouve sans représentant à la Chambre depuis une bonne partie de l'année en raison des résultats des élections de mi-mandat 2018. En effet, ceux-ci ont été invalidés après la découverte d'un moyen illégal de comptage des bulletins favorisant le candidat républicain sortant, Mark Harris.

Aujourd'hui, certains observateurs estiment que cette élection est en fait la première du cycle d'élections qui s'annoncent pour 2020 et qu'elle pourrait fournir un indice sur ce qu'il se passera à l'automne prochain dans le reste du pays lors des élections législatives et présidentielles.

L'actuel occupant de la Maison Blanche, le républicain Donald Trump, avait vu son parti s'imposer facilement dans cette circonscription lors des élections de 2016. Il avait devancé sa rivale, Hilary Clinton, de presque 12 pour cent de voix. De plus, ce siège à la Chambre des Représentants est occupé par un républicain -le parti à la couleur rouge, par opposition au bleu des démocrates- depuis 1963.

Selon le journal "The Hill", spécialisé dans les affaires touchant le Congrès, des enquêtes internes commandées par les deux partis montrent que le républicain Dan Bishop et le démocrate Dan McCready, les candidatures qui s'opposent aujourd'hui, sont au coude-à-coude dans une circonscription où, déjà, en novembre dernier les résultats avaient été étonnement serrés.

Mais en privé, fait remarquer "The Hill", plusieurs représentants et stratèges républicains reconnaissent que les démocrates pourraient bien avoir un avantage grâce à l'enthousiasme de leur électorat. Bishop, qui est déjà sénateur de l'État, se décrit lui-même comme un conservateur "contre l'avortement et pour les armes à feu", il défend la construction du mur si controversé que Trump veut construire à la frontière mexicaine, il est contre les villes-sanctuaires et accuse son rival démocrate d'être sur la même ligne que ceux qu'il appelle des "socialistes radicaux".

De son côté, McCready, vétéran du Corps des Marines et homme d'affaires, a fait sa campagne en promettant qu'il mettrait toujours "le pays au-dessus des intérêts de son parti". Il se dit en faveur d'une politique commune entre les deux partis en ce qui concerne les affaires de santé, les impôts et l'éducation et il met l'accent sur un plan pour réduire le prix des médicaments prescrits.

Hier soir, devant un meeting de campagne à Fayetteville, Trump a appelé à voter pour Bishop et a attaqué McCready en l'accusant de vouloir ouvrir les frontières et de refuser son soutien au Deuxième Amendement à la Constitution, celui-là même qui accorde à  tout citoyen nord-américain le droit de porter des armes.

Selon le portail digital "Ballotpedia", à la date du 7 septembre dernier, 10,7 millions de dollars avaient déjà été donnés pour cette élection spéciale par des groupes extérieurs. C'est la somme la plus importante enregistrée pour des élections de ce type. La première étant la mémorable élection de la sixième circonscription de Géorgie, en 2017.

Peo/oda/mar