Articles

L’Irak défie les États-Unis par un contrat avec une entreprise russe

Bagdad, 10 septembre (Prensa latina) Les autorités irakiennes ont défié les États-Unis en engageant une entreprise russe soumise aux sanctions de la Maison Blanche, commentent aujourd’hui les médias locaux.


Le Ministère iraquien de l’Énergie fera appel aux services de Stroytransgaz pour explorer le pétrole et le gaz dans la province occidentale d’Anbar, à la frontière syrienne.

Ce territoire, a indiqué une note émise par l’entité, est l’un des sites prometteurs et les études indiquent l’existence de réserves allant de 2 à 4 milliards de barils, associés à du gaz.

Asim Jihad, porte-parole du portefeuille iraquien, a expliqué que le contrat portait sur l’exploration, le développement et la production d’une superficie totale de 12 mille kilomètres carrés.

Depuis 2014, la compagnie russe fait l’objet de sanctions de la part du Département du Trésor des États-Unis, en réponse aux actions militaires de la Russie en Ukraine.

Le groupe Volga, dont Stroytransgaz fait partie, apporte un soutien financier, matériel et technologique au gouvernement russe, selon un communiqué de presse de l’institution étasunienne.

Après des années de sanctions qui ont commencé en 1990 par l’invasion iraquienne du Koweït, l’industrie pétrolière iraquienne se trouve dans des conditions déplorables, aggravées par l’invasion étasunienne de 2003.

Bagdad s’efforce de reconstruire le secteur de l’énergie, l’une de ses principales sources de recettes en devises.

Les projets gouvernementaux consistent à accroître les exportations de pétrole brut qui, en août dernier, ont atteint une moyenne de 3,6 millions de barils par jour avec un revenu total de 6 milliards 34 millions de dollars à au moins 6 millions d’unités.

Peo/tgj/arc