Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les déclarations du fils de Bolsonaro en référence à la dictature sont condamnées

Brasilia, 11 septembre (Prensa Latina) L’Ordre des Avocats du Brésil (OAB) a rejeté les déclarations du fils du président JairBolsonaro, le conseiller Carlos Bolsonaro, qui a assuré que les changements dans le pays ne se font pas aujourd’hui par la voie démocratique, en référence à la dictature.


'Il n’y a pas moyen d’accepter une famille de dictateurs', a déclaré le président de l’OAB, Felipe Santa Cruz, en réagissant aux déclarations de l´homme politique.

La voie démocratique au Brésil ne mènera pas à la transformation souhaitée avec la vitesse que nous attendons, a déclaré Carlos Bolsonaro, conseiller de son père, qui la semaine dernière a également revendiqué la dictature d’Augusto Pinochet au Chili (1973-1990).

Face aux déclarations insensées du clan Bolsonaro, Santa Cruz a insisté sur le fait qu’il « est temps que les démocrates brésiliens y mettent fin. C´en est assez ».

Le président d’extrême droite a attaqué en juillet le titulaire de l’OAB et a déclaré que s´il le souhaitaitil pouvait expliquer comment « son père a disparu pendant la période militaire ».

Felipe est le fils de Ferdinand, tué par les forces armées en 1974, comme le certifient un document secret de l’aéronautique et d’autres rapports militaires.

Mais Bolsonaro a déclaré que Fernando avait été exécuté par un groupe armé de gauche et non par les militaires, et que si son fils voulait savoir ce qui lui était arrivé, « je le lui raconte ».

De l’avis de Carlos Bolsonaro, le Parti de la Sociale-démocratie brésilienne a également indiqué que 'la démocratie est la seule option possible (…) c´est par la voie démocratique que Bolsonaro a été élu' aux élections d’octobre 2018.

D´autre part la députée Tabata Amaral a rejeté les affirmations du conseiller Bolsonaroet a souligné que «la démocratie est la seule voie à suivre dans une société juste, libre et inclusive'.

peo/agp/ocs