Articles

Les États-Unis maintiennent un scénario infructueux contre Cuba par de nouvelles mesures

Par Martha Andrés Román

Washington, 11 septembre (Prensa Latina) Le Registre Fédéral des États-Unis a officiellement publié lundi une nouvelle règle du gouvernement Donald Trump contre Cuba concernant la limitation des envois d´argent et l’interdiction des transactions 'U-turn’’


Cela signifie que dans un mois, les restrictions entreront en vigueur, dans le cadre du scénario déjà prolongé de l’exécutif étasunien contre l’île, qui a été dénoncé comme cruel et infructueuxtant aux États-Unis et qu´à l’étranger.

Dans un discours prononcé en Floride, l´ancien conseiller à la Sécurité Nationale, John Bolton, avait annoncé le 17 avril que ces mesures, ainsi que d’autres, seraient prises, comme l’imposition de restrictions supplémentaires sur les voyages des nord-américains et l’élargissement de la liste des entités cubaines restreintes pour les étasuniens.

À partir des avances prononcées par Bolton, vendredi dernier, le Département du Trésor a annoncé que son Bureau de Contrôle des Avoirs Étrangers (OFAC) a modifié le Règlement relatif au contrôle des avoirs cubains afin de modifier la politique en matière de transferts d´argent et de supprimer l’autorisation pour les transactions U-turn.

Ainsi, l’OFAC a établi qu’une personne établie aux États-Unis ne peut envoyer qu’un maximum de 1000 dollars tous les trois mois au titre des envois de fonds à un ressortissant cubain.

Les destinataires de ces envois ne peuvent être des 'fonctionnaires interdits du Gouvernement', des 'membres interdits du Parti Communiste Cubain', ni des membre de la famille proches de ces personnes.

De même, l’OFAC a supprimé une autorisation autorisant les envois de fonds sous forme de dons, tout en conservant la possibilité de verser des 'fonds illimités à certaines personnes et organisations non gouvernementales', qui seront étendus, selon la nouvelle règle, à des travailleurs du secteur privé.

Selon le registre fédéral, il a également été mis fin à une autorisation préalable autorisant les transactions U-turn : les transferts de fonds passant par les banques étasuniennes, mais qui ne commencent et ne finissent pas dans ce pays, et où ni l’émetteur ni le receveur ne sont soumis à la juridiction nord-américaine.

En vertu de la nouvelle mesure, les établissements bancaires relevant de la juridiction des États-Unis ne seront autorisés qu’à refuser ces transactions et ne pourront pas les traiter.

Pour justifier l’adoption de ces restrictions, l’exécutif de Trump a de nouveau fait appel à celui qui a été l’argument le plus utilisé ces derniers mois pour prendre des mesures contre Cuba : la solidarité du pays caribéen avec le Venezuela et le Gouvernement de Nicolas Maduro.

Puis il a mentionné une fois de plus que les mesures visent à apporter un prétendu soutien au peuple cubain, malgré les plaintes persistantes démontrant que la position de l’administration nord-américaine nuiten réalité aux habitants de l’île, outre les cubains-américains et les étasuniens.

« Avec ces amendements au règlement, le Département du Trésor refuse l’accès de Cuba aux devises étrangères et nous freinons le mauvais comportement du gouvernement cubain dans le cadre de notre soutien au peuple cubain », a exprimé, Steven Mnuchin,le secrétaire au Trésor,dans un communiqué.

Cette justification a été réfutée par la députée démocrate Kathy Castor qui, après l’annonce de ces restrictions, a écrit vendredi dernier sur Twitter : 'Trump continue de nuireaux familles cubaines/étasuniennes par ses politiques dures et inhumaines'.

La coalition Engage Cuba, qui cherche le rapprochement entre les deux pays et la fin du blocus imposé par Washington à la nation antillaise il y a près de 60 ans, a également rejeté le fait que de telles actions soutiennent le peuple.

« Encore des nouvelles difficiles pour les Cubains ordinaires. L’administration de Donald Trump a considérablement réduit le montant des dollars que les cubains-américains envoient à leurs familles sur l’île. Nuire à la capacité des étasuniens à subvenir aux besoins de leur famille à Cuba est inutilement cruel et n’aide personne », a déclaré l’organisation sur Twitter.

De son côté, le Bureau de Washington pour l’Amérique Latine a déclaré sur le même réseau social que les envois d´argent jouaient un rôle important pour aider les familles cubaines, et que l’imposition de ces limites n’atteindra pas les objectifs du Gouvernement nord-américain de changer la politique et l’économie de la plus grande des Antilles.

'Les Etats-Unis devraient essayer de nouer des liens avec Cuba, au lieu de punir les familles sur l’île', a estimé l´organisation.

Depuis La Havane, le président cubain Miguel Diaz-Canel a dénoncé le fait que le gouvernement des États-Unis invoque les mensonges, les calomnies et l’hypocrisie comme prétexte pour durcir le blocus, et que face à l’échec de son offensive contre le Venezuela, il s’en prend violemment à Cuba.

Le chancelier de l’île, Bruno Rodriguez, a fait une déclaration similaire, affirmant que ces actions de Washington ne détruiront pas la volonté des cubains, et que, pendant ce temps, le rejet universel du blocus grandira.

peo/mv/mar