Agence de Presse de l'Amérique Latine

Demandes contre des compagnies étrangères aux États-Unis en vertu du Titre III de la loi Helms-Burton contre Cuba

Washington, 13 septembre (Prensa Latina) La chaîne hôtelière espagnole Meliá Hotels International fait aujourd’hui partie des entreprises qui font face à des demandes aux États-Unis en vertu du titre III de la loi Helms-Burton, activé par le Gouvernement nord-américain dans le cadre de sa politique hostile contre Cuba.


Selon le portail numérique Law.com, l’entreprise ibérique a été frappée ce mercredi par un recours collectif, l’action la plus vaste jamais intentée en vertu de cette disposition législative qui permet de porter plainte contre des personnes et des entités qui investissent dans des biens nationalisés sur l’île.

La mesure, présentée par le cabinet d’avocats de Miami, Floride, Rivero Mestre LLP, énumère près de 40 requérants, dont l’ancien juge de la Cour Suprême de cet État Raoul Contero, appartenant à quatre familles, la plupart vivant dans le comté de Miami-Dade.

Selon le site d’information juridique, l’action collective contre Meliá concerne plus de 30 hôtels gérés par la chaîne dans la nation antillaise, sous prétexte que la société est en train de 'trafiquer illégalement' avec ce qui était autrefois les propriétés de leurs ancêtres.

La plainte concerne également plusieurs agences de réservation de voyages sur Internet, dont Expedia, Hotels.com, Orbitz, Travelocity.com, Trivago et Bookings.com.

Le 20 mai dernier, des membres de la famille Mata ont déposé une plainte auprès du tribunal fédéral du district sud de la Floride contre plusieurs entreprises touristiques cubaines pour l’utilisation de l’hôtel Meliá San Carlos, situé dans la province cubaine de Cienfuegos.

Cette action en justice concernait les groupes hôteliers de l’île Gran Caribe, Cubanacán et Gaviota, ainsi que la corporation Cimex, mais à l’époque elle n’incluait pas Meliá, société à laquelle il a été envoyé un avertissement selon lequel si elle ne payait pas de compensation, elle serait alors incluse dans une action collective.

Cette plainte introduite avant-hier contre Meliá fait suite à l’injonction de la justice espagnole de classer dans le pays européen, au début du mois, une plainte déposée contre la chaîne hôtelière par la famille Sánchez-Hill.

La loi Helms-Burton, adoptée par le Congrès étasunien en 1996, codifie le blocus imposé par Washington il y a près de 60 ans contre Cuba, mais malgré son entrée en vigueur à ce moment-là, toutes les administrations nord-américaines antérieures à Donald Trump avaient suspendu l’application du Titre III.

Dans le cadre de sa politique agressive à l’égard du pays des Caraïbes, l’exécutif du dirigeant républicain a activé cette disposition le 2 mai dernier.

De nombreuses voix, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des États-Unis, ont condamné cette escalade du blocus économique, commerciale et financière, qui vise essentiellement à priver la nation antillaise d’investissements étrangers.

peo/Jha/mar