Articles

Trump contre Cuba : plus de deux ans d’hostilité et d’interdiction

Washington, 13 septembre (Prensa Latina) Le président étasunien, Donald Trump, mène aujourd’hui une politique agressive à l’égard de Cuba qui, depuis plus de deux ans, est marquée par l’imposition continue de mesures restrictives et d’attaques contre la nation caribéenne.


Après avoir annoncé mardi le renvoi de son conseiller à la Sécurité Nationale John Bolton, le mandataire a publié hier un message sur Twitter montrant son intention de poursuivre et de durcir la vaste gamme de sanctions et de pressions contre l’île et le Venezuela.

« Mes points de vue sur le Venezuela, et particulièrement sur Cuba, étaient beaucoup plus forts que ceux de John Bolton. Il me freinait ! », a-t-il écrit.

Prensa Latina présente ci-après une chronologie des principales actions du dirigeant républicain et de son administration contre Cuba :

16 juin 2017 : Trump signe en Floride un mémorandum présidentiel sur la politique vis-à-vis de Cuba, annonce inverser le rapprochement initié par son prédécesseur Barack Obama (2009-2017) et ordonne de rédiger de nouvelles restrictions aux voyages individuels et au commerce.

29 septembre 2017 : Sur la base d’incidents de santé rapportés par des diplomates nord- américains à La Havane, le Département d’État annonce le retrait de 60 % du personnel de son ambassade à Cuba et suspend la délivrance de visas sur l´île.

3 octobre 2017 : le Département d’État ordonne le départ de 15 diplomates cubains de l’ambassade de l’île à Washington DC.

8 novembre 2017 : Les États-Unis diffusent de nouvelles restrictions aux voyages et aux échanges commerciaux avec Cuba, y compris une liste de 180 entités et sous-entités cubaines avec lesquelles les étasuniens ne peuvent effectuer de transactions. Cette liste a été élargie à quatre autres occasions, dont la dernière le 26 juillet 2019.

2 mars 2018 : Le Département d’État annonce la décision de maintenir indéfiniment la réduction des effectifs de son ambassade à Cuba.

10 décembre 2018 : Le Service de la citoyenneté et de l’immigration des États-Unis fait état de la fermeture de son bureau local à Cuba, dont les activités ont été transférées à la capitale mexicaine.

15 mars 2019 : Le Gouvernement des États-Unis annonce la modification de la délivrance aux Cubains des visas B2 (pour le tourisme et les visites familiales, entre autres), qui sont ramenés à une seule entrée valide pour trois mois (la durée préalable était de 5 ans avec plusieurs entrées).

5 et 12 avril 2019 : L’administration de Trump impose des sanctions contre les navires liés au secteur pétrolier vénézuélien qui transportent du pétrole brut à Cuba.

8 avril 2019 : Il est rapporté que le gouvernement nord-américain a ordonné l’annulation d’un accord historique conclu entre les Grandes Ligues de Baseball étasuniennes et la Fédération Cubaine de la discipline.

17 avril 2019 : L’administration Trump confirme qu’elle activera le titre III de la loi Helms-Burton, qui permet de porter plainte contre des personnes et des entités qui investissent dans des biens nationalisés à Cuba, et annonce que de nouvelles restrictions seront adoptées pour les voyages non familiaux et l’envoi de fonds à l’île.

2 mai 2019 : Le Gouvernement des États-Unis active le titre III de la loi Helms-Burton et les premières requêtes en vertu de cette disposition législative sont déposées dans l’État du sud de la Floride.

4 juin 2019 : L’administration Trump annonce que les voyages éducatifs de groupe, de peuple à peuple, sont suspendus à compter du lendemain et interdit l’accès à l’île de bateaux de plaisance et de passagers, y compris de bateaux de croisière et de yachts, et les avions privés et corporatifs.

3 juillet 2019 : Le Gouvernement des États-Unis inscrit sur sa liste unilatérale d’entités sanctionnées pour des liens avec le Venezuela la société cubaine Cubametales, afin de frapper l’importation de pétrole en provenance du pays sud-américain.

26 juillet 2019 : Les États-Unis annoncent des restrictions de visas à l’encontre de fonctionnaires cubains liés aux missions médicales de l’île à l’étranger, l’un des plus importants programmes de solidarité du pays des Caraïbes.

9 septembre 2019 : L’administration Trump impose une limite de 1000 dollars par trimestre aux envois de fonds qu’une personne peut envoyer de ce pays à Cuba et supprime un permis qui permettait de réaliser des transactions bancaires U-turn (transactions passant par des banques –etasuniennes).

peo/mv/mar