Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un expert signale que le FMI a aggravé la situation de l´Équateur

Quito, 18 septembre (Prensa Latina) Le Fonds Monétaire International (FMI) a aggravé la situation en Équateur, selon un rapport publié hier par le quotidien El Universo, qui contient des déclarations de l’analyste Mark Weisbrot.


Selon Weisbrot, codirecteur du Centre de Recherche en Économie et Politique à Washington DC (États-Unis), et président de l’organisation Just Foreign Policy, en mars dernier, l’Équateur a signé un accord par lequel il a emprunté 4,2 milliards de dollars au FMI pour une période de trois ans.

Cela, a-t-il rappelé, est subordonné à l’adhésion du gouvernement à un programme économique déterminé par cet accord.

Selon Christine Lagarde, directrice du FMI à l’époque, il s’agissait d’un programme global de réformes visant à moderniser l’économie et à ouvrir la voie à une croissance forte, soutenue et équitable.

Toutefois, selon le chercheur, la première chose à noter est que le programme exige un ajustement massif du budget national équatorien, environ 6 pour cent du PIB au cours des trois prochaines années.

Pour nous donner une idée, a-t-il expliqué, c’est comme si le budget fédéral des États-Unis avait un ajustement de 1,4 milliard de dollars, obtenu grâce à une combinaison de réductions de dépenses et d’augmentations d’impôts.

En Équateur, cela comprend le licenciement de dizaines de milliers d’employés du secteur public, l’augmentation des impôts qui pèse de manière disproportionnée sur les pauvres, et des réductions des investissements publics, a précisé l’analyste.

L’impact global de cet important ajustement budgétaire sera de pousser l’économie vers une récession.

Le FMI prévoit une récession relativement légère jusqu’à l’année prochaine, mais à son avis, elle sera probablement beaucoup plus profonde et plus longue, comme c’est souvent le cas lorsqu’elle intervient dans le cadre des programmes du FMI.

Le chômage va augmenter, même les projections du programme du FMI le reconnaissent, et la pauvreté également, a déclaré Weisbrot.

L’une des raisons pour lesquelles la situation sera probablement bien pire que ce que prévoit le FMI est que l’accord repose sur des hypothèses qui ne sont pas crédibles.

Par exemple, le FMI prévoit un apport net du secteur privé étranger dans l’économie de 5,4 milliards de dollars (environ 5 pour cent du PIB) entre 2019 et 2022.

Mais, selon le chercheur, si l’on regarde les trois dernières années, il y a eu un retrait d´investissement de 16,5 milliards de dollars (17 pour cent du PIB).

Qu’est-ce qui rendrait les investisseurs étrangers soudainement plus enthousiastes à l’idée d’apporter leur argent en Équateur ? Ce n´est pas la récession, que prévoit également le FMI, qui le fera.

Il y a d’autres hypothèses invraisemblables, et même certaines qui sont dues à des erreurs comptables, et malheureusement elles vont toutes dans la même direction, a-t-il réaffirmé.

A son avis, il semble peu probable que l’austérité expansionniste du programme, une stratégie qui ne fonctionne presque jamais, fasse de l’Équateur une exception mondialement célèbre, où l’économie croît à mesure que la demande agrégée diminue.

peo/Jha/rrj