Agence de Presse de l'Amérique Latine

Dette extérieure manipulée sur la scène électorale en Bolivie

Par Jorge Petinaud

La Paz, 23 septembre (Prensa Latina) Les mauvais présages numériques du dernier sondage sur les intentions de vote en vue des élections générales d’octobre prochain amènent aujourd’hui le candidat d’opposition Carlos Mesa à manipuler la dette extérieure de la Bolivie.


« Mesa : La dette extérieure actuelle est la plus élevée de l’histoire ».

"Pedraza, il y a 10 jours : le pourcentage de la dette extérieure actuelle est raisonnable. La dette actuelle est de 25 % du PIB. La dette sous le gouvernement de Mesa a été de plus de 50 %".

'Nous savons que votre force n’est pas l’économie, mais au moins mettez vous d’accord', a écrit le 18 septembre sur votre compte Twitter le ministre de la Communication, Manuel Canelas.

Canelas a ainsi reflété les contradictions entre le leader (Carlos Mesa) de Comunidad Ciudadana (Communauté Citoyenne) et le candidat à la vice-présidence (Gustavo Pedraza) pour ce mouvement politique lors des élections prévues pour le 20 octobre.

L’affirmation de Mesa est apparue sur les réseaux sociaux à peine 24 heures après la publication d’un sondage national d’intention de vote qui plaçait le président actuel, Evo Morales, avec 21,9 points d’avance sur sa candidature.

Diffusée par un réseau de médias télévisés et élaborée par la société de sondage Viaciencia, l’étude donne au mandataire et candidat du Mouvement vers le Socialisme (MAS) une préférence électorale de 43,2 points de pourcentage, ce qui reflète une croissance par rapport à août (39,1 pour cent). Une tendance inverse est observée dans le cas de son plus proche concurrent, Carlos Mesa, qui est passé de 22,0 pour cent au cours du mois précédent à 21,2 pour cent, toujours selon Viaciencia.

Le représentant de la Bolivia Dijo No (La Bolivie a dit Non), Oscar Ortiz, reste en troisième position avec 11,7 pour cent, dont la tendance à prendre des voix à Mesa se confirme, puisqu’il avait atteint 9,5 pour cent en août.

Les chiffres publiés à 34 jours du scrutin indiquent que l’actuel président pourrait être réélu au premier tour, car selon la législation en vigueur, pour atteindre cet objectif, il faut 40 pour cent des bulletins de vote et au moins 10 points d’avance par rapport à l’occupant de la deuxième place.

Viaciencia a réalisé ce sondage urbain-rural du 2 au 11 septembre pour l’alliance des médias télévisuels privés Unitel, PAT, red Uno et Bolivisión.

L´enquête concernait 2647 personnes des neuf départements du pays.

LA MANIPULATION

Mesa a déclaré sur son compte Twitter que « le MAS nous laisse la dette extérieure la plus élevée de notre histoire : plus de 10 milliards de dollars que les Boliviens devront payer durant des décennies, retardant le développement. Beaucoup d’argent a été perdu dans la corruption, le gaspillage et la dette envers la Chine croît exponentiellement ».

À cet égard, le vice-ministre du Trésor et du Crédit Public, Sergio Cusicanqui, a qualifié de fausse et de partiale l’analyse du candidat de Comunidad Ciudadana.

«Ce que Monsieur Mesa a écrit est erroné dans le sens qu’il oublie, pour commencer, ce qui s’est passé sous son gouvernement, puis qu´il fait une analyse biaisée de ce qu’est la dette extérieure », a averti Cusicanqui en interview avec la Red Patria Nueva.

Il a expliqué que la dette extérieure ne devait pas seulement être considérée en termes absolus, mais qu’elle devait être comparée aux indices du produit intérieur brut (PIB) 'pour avoir une donnée plus proche de la réalité et être comparable au niveau international'.

Les données du Ministère de l’Économie et des Finances Publiques confirment qu’en mai 2019, l’encours de la dette publique extérieure de la Bolivie s’élevait à 10 milliards 302 millions de dollars, soit 23,6 pour cent du PIB.

Cet indicateur est bien en deçà des seuils fixés par les organismes internationaux, ce qui confirme la viabilité économique du pays par rapport aux gouvernements antérieurs à 2006, date de l’arrivée au pouvoir du président Morales.

Selon Cusicanqui, cet indice est inférieur à ce que les forums financiers internationaux établissent pour qualifier l’endettement de « élevé », raison pour laquelle il a regretté que Mesa ait oublié que pendant son mandat de président (2003-2005) l’indice de la dette extérieure a dépassé les 50 pour cent du PIB.

D’après les statistiques, la dette extérieure de la Bolivie a atteint 5 milliards 46 millions de dollars en 2004, soit 50% du PIB, 10 pour cent de moins que les 5 milliards 772 millions de dollars que l’administration d’Hugo Banzer (1971-1978) a atteint lorsqu’elle a enregistré un niveau record.

peo/arc/jpm/cvl