Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis attaquent à nouveau le secteur pétrolier vénézuélien et affectent Cuba

Washington, 24 septembre (Prensa Latina) Le gouvernement des États-Unis a ajouté aujourd’hui à sa liste unilatérale d’entités sanctionnées quatre compagnies qui opèrent dans le secteur pétrolier de l’économie vénézuélienne, et ce dans le cadre de son agressivité permanente envers le pays sud-américain.


En outre, le Bureau de Contrôle des Avoirs Étrangers (OFAC) du Département du Trésor a identifié quatre navires transportant du pétrole et des produits pétroliers du Venezuela à Cuba, qui appartiennent ou sont contrôlés par les sociétés sanctionnées.

Ces actions s’adressent particulièrement au secteur pétrolier vénézuélien et aux mécanismes utilisés pour transporter l’hydrocarbure vers les bienfaiteurs cubains du président constitutionnel Nicolas Maduro, qui continuent à fournir une bouée de sauvetage au dirigeant, a déclaré l’entité fédéralenord- américaine.

Washington promeut diverses actions pour renverser Maduro du pouvoir, et depuis janvier dernier, la Maison Blanche reconnaît Juan Guaidó, membre de l’Assemblée Nationale, parlement inhabilité, qui s’est proclamé mandataire par intérim.

Par ailleurs, la question du soutien de Cuba au Venezuela a été utilisée par l’administration nord-américaine pour justifier de nouvelles mesures contre l’île, qui a réaffirmé que sa solidarité avec le pays sud-américain n’est pas négociable.

Le 3 juillet dernier, Washington a inclus dans la liste susmentionnée des personnes punies par la compagnie cubaine Cubametales en raison de l’importation continue de pétrole vénézuélien.

Il était alors justifié que la plus grande des Antilles, en échange de carburant, continuait de fournir un appui au Venezuela, y compris concernant la défense, le renseignement et l’assistance en matière de sécurité à l’administration de Maduro.

Les entités sanctionnées ce mardi sont Caroil Transport Marine Ltd., basée à Chypre; Trocana World Inc. ; Tovase Development Corp et Bluelane Overseas SA, les trois dernières implantées au Panama.

Caroil Transport Marine Ltd. exploite les bateaux Carlota C, Sandino et Petion et Trocana World Inc. et Tovase Development Corp sont les propriétaires respectifs de Petion et Sandino.

Par ailleurs, Bluelane Overseas SA est le propriétaire enregistré du Giralt qui, comme les autres, a récemment livré du pétrole vénézuélien à Cuba, a précisé le Département du Trésor.

En raison de la mesure prise aujourd’hui, les entités sanctionnées se voient interdire toute relation avec des étasuniens et leurs éventuels avoirs sont bloqués sur le territoire nord-américain.

Entre-temps, l’OFAC a radié de la liste susmentionnée les entités suivantes : Serenity Maritime Limited et Lima Shipping Corporation, les navires Leon Dias et New Hellas, dans cet ordre, ainsi que l´avion N133JA.

Serenity Maritime Limited et Lima Shipping Corporation, désignées comme victimes de représailles les 10 mai et 12 avril derniers, ont par la suite cessé leurs activités commerciales avec Cubametales.

Au-delà du préjudice causé aux entités, les États-Unis ont également imposé des sanctions à des fonctionnaires et anciens fonctionnaires du gouvernement de Maduro, y compris le président lui-même, qui a été élu en mai 2018 avec 68 % des voix.

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a déclaré aujourd’hui que les États-Unis commettaient un génocide contre le peuple en empêchant l’arrivée de bateaux avec du carburant sur l’île caribéenne.

'Le gouvernement des États-Unis mène une politique brutale et génocidaire de renforcement du blocus et la persécution financière entrave l’arrivée de carburant à Cuba', a écrit Diaz-Canel sur son compte Twitter.

'Notre peuple résiste et triomphe', a assuré le chef d’État de la plus grande des Antilles.

Le mandataire cubain a récemment signalé que cette politique de sanction de Washington affecte principalement la mobilité des aliments, le transport des travailleurs et de la population et la production d’électricité aux heures de pointe.

« Ils essaient d’empêcher l’arrivée du carburant à Cuba, font chanter les entreprises et les cargos qui font des affaires avec notre pays; l’application de la loi Helms-Burton a intimidé et a fait pression » sur de nombreux acteurs, a déclaré le mandataire cubain.

Peo/Jha/dsa/rgh/joe