Agence de Presse de l'Amérique Latine

General Electric paiera une amende de plusieurs millions de dollars en raison du blocus imposé par les États-Unis à Cuba

Washington, 2 octobre (Prensa Latina) Le Département du Trésor étasunien a annoncé hier que la compagnie General Electric (GE) paiera une amende de 2 millions 718 mille 581 dollars pour des violations présumées liées au blocus de Washington contre Cuba.


Dans un communiqué, le Bureau de Contrôle des Avoirs Étrangers (OFAC) de cette entité fédérale a indiqué que cette société nord-américaine basée à Boston, Massachusetts, avait accepté de payer cette pénalité au nom de trois filiales (Getsco Technical Services Inc., Bentley Nevada et GE Betz).

Selon le texte, ces sociétés de GE ont commis 289 violations présumées du Règlement sur le Contrôle des Actifs cubains de décembre 2010 à février 2014.

Au cours de cette période, est-il ajouté, ces entités ont accepté des paiements effectués par la Cobalt Refinery Company (Cobalt) pour des biens et services rendus à un client de GE au Canada 'ayant de forts liens économiques historiques et actuels avec l’industrie minière cubaine'.

Le communiqué indique que depuis 1995 Cobalt a été identifiée comme étant « un partenaire national spécialement désigné » de Cuba et inscrit sur la liste des entités nationales spécialement désignées et des personnes bloquées par ce bureau du Département du Trésor.

'Les informations disponibles publiquement ont également montré que l’ancien client canadien de GE est une société ayant de solides liens économiques historiques et actuels avec l’industrie minière cubaine par le biais de ses associations commerciales et d’entreprises conjointes avec le gouvernement cubain', a souligné l’OFAC.

Selon le bureau, les sociétés de GE ont approuvé Cobalt en tant que troisième payeur et, sur une période de quatre ans, n’ont pas dûment reconnu la relation significative et largement publiée entre Cobalt et son client canadien, et n’ont pas entrepris la diligence suffisante concernant les activités de leurs clients.

L’OFAC a établi que GE avait divulgué volontairement les violations alléguées et a considéré qu’elles constituaient un cas 'non grave', éléments qui ont atténué le montant de l’amende, mais a précisé que la pénalité monétaire civile maximum applicable dans ce type d’affaires est de 18 millions 785 mille dollars.

Des informations concernant l’imposition d’amendes ou de sanctions pour violation du blocus imposé à Cuba par les États-Unis il y a près de 60 ans sont fréquentes sous n’importe quelle administration nord-américaine, et dans de nombreux cas, elles mettent en évidence le caractère extraterritorial de cette politique.

Cette nouvelle pénalité est révélée alors que l’exécutif du républicain Donald Trump prend diverses mesures pour renforcer ce blocus économique, commercial et financier, condamné par l’écrasante majorité de la communauté internationale.

D’autres amendes infligées cette année en raison du blocus ont frappé les sociétés Expedia Group, Hotelbeds USA et Cubasphere, ainsi que la société bancaire italienne Groupe UniCredit.

peo/acl/mar