Articles

L’Irlande et Cuba, deux peuples unis par l’histoire

Dublin, 21 octobre (Prensa Latina) L’Irlande et Cuba partagent, au-delà de leur insularité, une histoire commune de lutte pour leur indépendance, ont assuré aujourd’hui les présidents Michael Higgins et Miguel Diaz-Canel, après des conversations officiels.


Ce lundi Higgins a reçu Diaz-Canel dans la résidence présidentielle d’Árasan Uachtaráin, un imposant palais blanc situé au nord de cette capitale, où après les actes protocolaires de bienvenue, les deux se sont assis pour discuter dans une atmosphère franche et détendue.

Pendant le déjeuner offert par l’hôte à ses invités, le président irlandais a levé son verre pour les liens profonds d’amitié et de solidarité qui unissent les deux pays, et il a souhaité que la visite de son homologue cubain contribue à renforcer ces liens.

Les peuples d’Irlande et de Cuba partagent une profonde fierté pour leur identité nationale, une grande passion pour la liberté, et ont vécu dans l’ombre d’un voisin puissant, a affirmé Higgins, qui a rappelé que les deux nations ont dû lutter pour leur indépendance contre l’empire (britannique et espagnol, respectivement).

Le dirigeant irlandais a réaffirmé que son pays respectait le Droit International en rejetant le blocus et les sanctions unilatérales imposés par les États-Unis contre le pays des Caraïbes.

Il a également souligné l´historique humanitaire de la nation antillaise et a cité l’aide apportée par les médecins cubains à d’autres peuples du monde en cas de catastrophes naturelles et d’épidémies, et ce malgré ses modestes ressources économiques.

Il ne s’agit pas seulement d’une action humanitaire, mais d’une forme énergique et puissante d’internationalisme, a déclaré Higgins, qui a félicité le peuple cubain pour sa volonté de fournir une assistance médicale en temps de crise.

Pour sa part, Diaz-Canel a remercié son hôte pour ses attentions et pour son échange franc, et a souligné les principes indépendantistes qui unissent les deux pays depuis le début de la guerre contre le colonialisme espagnol en 1868.

À cet égard, il a rappelé l’interview que le journaliste irlandais James O´Kelly a faite au Père de la Patrie cubaine, Carlos Manuel de Céspedes, et qu’il a ensuite publiée dans le livre La tierra del Mambí (La Terre du Mambi).

Diaz-Canel a également souligné les ancêtres irlandais du légendaire guérillero argentin-cubain Ernesto Che Guevara, et l’admiration que le leader historique de la Révolution, Fidel Castro, a toujours eue pour ce pays.

Paix et indépendance ont été précisément les principes qui ont guidé le processus révolutionnaire cubain depuis 1868, et demeurent aujourd’hui les principes que nous défendons face à l’escalade agressive des États-Unis, a déclaré le mandataire en trinquant à l’amitié entre les deux peuples.

L’agenda de Diaz-Canel pour le dernier jour de son séjour à Dublin inclut une visite de courtoisie au premier ministre, Leo Varadkar, une visite de l’ancienne prison de Kilmainham, et deux rencontres avec des compatriotes résidant en Irlande et des irlandais solidaires du pays caribéen.

La visite en Irlande du président cubain marque le vingtième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre La Havane et Dublin et fait suite à une visite similaire d´Higgins à Cuba en février 2017.

Diaz-Canel partira demain de cette capitale pour le Bélarus, dans le cadre d’une tournée qui comprend également des séjours en Azerbaïdjan et en Russie.

La délégation cubaine est composée du chancelier Bruno Rodriguez, du ministre du Commerce Extérieur Rodrigo Malmierca et de la directrice du département de l’Europe au Ministère des Affaires Étrangères, Alba Soto.

Peo/mgt/nm