Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Brésil demande des éclaircissements à 11 pays concernant la marée noire qui touche ses côtes

Brasilia, 29 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement brésilien a demandé des éclaircissements à 11 pays concernant 30 navires identifiés dans le cadre de l’enquête sur l’origine de la marée noire qui touche les plages du nord-est du pays, a annoncé aujourd’hui l’Agence d’État du Brésil.


Cette information a été donnée par le coordinateur des opérations navales de la marine, l’amiral Leonardo Puntel. L’enquête menée par la Marine repose sur la thèse que le responsable de cette catastrophe était un navire pétrolier.

Au début, l’enquête a évalué 1500 navires et a réduit l’analyse à 30 d´entre eux provenant de 11 pays. Puntel n’a pas précisé quels pays feraient partie de ce groupe, mais il a précisé que des informations avaient été demandées pour que les gouvernements soient informés d’un accident.

Les 30 navires immatriculés sont passés par la côte nord-est au cours de la période considérée et ont été identifiés par des systèmes de communication maritime.

Selon l’amiral, les chercheurs estiment que la fuite se serait produite en août, compte tenu de l’arrivée de pétrole brut sur les plages du nord vers la fin du mois.

Il n’a pas exclu la possibilité que l’incident ait été causé par des navires non officiels appelés Dirk Ships (vaisseaux obscurs). Dans ce cas, l’enquête sera plus complexe et devra faire appel à d’autres sources d’information, telles que l’analyse d’images satellitaires.

La marine a conclu que le pétrole n’était pas brésilien. Le rapport de Petrobras (compagnie des pétroles brésiliens) est allé plus loin, parce que le pétrole contient des échantillons d’huiles d’autres pays, a-t-il commenté.

Fernanda Pirilo, coordinatrice générale des urgences environnementales à l’Institut Brésilien pour l’Environnement et les Ressources Naturelles Renouvelables (Ibama), a révélé qu’il n’y avait pas de nouveaux hydrocarbures sur les côtes.

Il n’y a plus d’arrivée de pétrole, mais on trouve encore des traces sur certaines plages. Nous avons les points identifiés où il y a encore du pétrole résiduel, la plupart dans les États de Pernambuco et de Bahia', a-t-elle indiqué.

La marée noire, qui s’étend sur neuf États du nord-est du Brésil, met en danger la flore et la faune et peut polluer des sources d’eau pour l’alimentation agricole, animale et humaine.

Pour le moment, la marée noire touche 88 communes et 233 localités dans cette région, où elle a causé la mort d’une vingtaine de tortues marines, de dauphins et de crustacés.

Peo/rgh/ocs