Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un navire battant pavillon grec soupçonné d´être responsable de la marée noire au Brésil

Brasilia, 1er novembre (Prensa Latina) Un pétrolier battant pavillon grec apparaît aujourd’hui comme le principal suspect des taches de pétrole brut qui, depuis la fin août, touchent plus de deux mille kilomètres de côte du nord-est du Brésil.


Selon un communiqué du Ministère de la Défense, le tanker transportait des hydrocarbures, chargés depuis le terminal vénézuélien de San José, avant de traverser l’océan Atlantique, en direction de Singapour avec une escale en Afrique du Sud.

Le navire n’a à aucun moment pris contact avec l’Autorité Maritime du Brésil pour prévenir d’éventuelles fuites de la cargaison.

La police fédérale a également signalé qu’elle avait perquisitionné les bureaux d’une société de Rio de Janeiro en rapport avec les propriétaires du navire suspect.

Les autorités brésiliennes ont également sollicité à Interpol la collaboration d’autres pays pour obtenir des informations supplémentaires sur le navire, son équipage et ses propriétaires.

Les enquêtes menées depuis la mi-septembre ont permis de situer l’origine des rejets dans les eaux internationales à plus de 700 kilomètres des côtes brésiliennes.

Récemment, la représentation des Nations Unies au Brésil s’est déclarée préoccupée par la marée noire d’origine inconnue. L’ONU-Brésil se déclare « profondément préoccupée par le pétrole qui a progressé le long des côtes de neuf États du nord-est depuis août et déplore les dommages inestimables causés tant aux écosystèmes marins et terrestres qu’aux vies humaines des populations locales », indique une note de l’organisme international envoyée à Prensa Latina.

Il y est précisé que 'le Brésil a plus de sept mille kilomètres de côtes et près d’un quart a déjà été touché par la substance, avec de graves conséquences pour l’environnement et la sécurité des personnes'.

peo/mgt/ocs