Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le rapporteur de l’ONU dénonce des abus contre Julian Assange

Genève, 1er novembre (Prensa Latina) Le Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, a dénoncé aujourd’hui les abus commis contre le fondateur de Wikileaks Julian Assange et a averti que sa vie était en danger s’il demeurait détenu au Royaume-Uni.


Dans un communiqué, Melzer a mis en garde contre la détérioration de la santé du cyber-activiste détenu à la prison de Belmarsh à Londres, et a accusé le gouvernement britannique de ne pas prendre les mesures nécessaires pour assurer son bien-être physique et psychologique.

Cette affaire n’a jamais porté sur la culpabilité ou l’innocence d’Assange, mais sur le fait de le faire payer pour avoir révélé des violations graves commises par des gouvernements, y compris des crimes de guerre et de corruption présumés. Si le Royaume-Uni ne change pas ses méthodes et n’allège pas les conditions inhumaines dans lesquelles il se trouve, son exposition continue à des méthodes arbitraires et aux abus pourrait bientôt lui coûter la vie, a-t-il déclaré.

Le journaliste australien, qui a passé sept ans à l’ambassade de l’Équateur à Londres, a été arrêté par Scotland Yard le 11 avril, après que le président Lenín Moreno lui ait retiré sa protection diplomatique.

Après son arrestation, le tribunal de Westminster l’a condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé une liberté sous caution accordée par la justice britannique dans une affaire de délits sexuels présumés commis en Suède, qui a ensuite été classée sans suite par le parquet de ce pays scandinave.

Récemment, le tribunal britannique a confirmé que le cyber-activiste devra attendre en prison que la justice se prononce en février prochain sur son extradition vers les États-Unis.

S’il est remis aux autorités nord-américaines, qui veulent le juger pour avoir diffusé des milliers de documents secrets de la diplomatie et de l’armée étasuniennes sur le portail Wikileaks, Assange pourrait être condamné à 175 ans de prison en raison des 18 chefs d’accusation retenus contre lui.

Melzer et une équipe médicale lui ont rendu visite en mai et ont rapporté qu’il présentait tous les symptômes caractéristiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique.

Les experts ont demandé des mesures immédiates pour protéger la santé et la dignité d’Assange, mais, selon le rapporteur de l’ONU, Londres a ignoré leur demande.

Ce que nous avons vu du gouvernement britannique, c’est un mépris total pour les droits et l’intégrité de Monsieur Assange. Il est toujours détenu dans des conditions d’isolement et de surveillance injustifiées, a-t-il déclaré.

En dépit de la complexité des procédures engagées contre lui, menées par le pays le plus puissant du monde, son accès aux documents et aux conseils juridiques est entravé, ce qui porte atteinte à son droit de préparer sa défense, a-t-il ajouté.

Melzer a exhorté le Royaume-Uni à annuler l’extradition d’Assange et à le libérer immédiatement afin qu’il puisse retrouver sa santé, sa vie personnelle et professionnelle.

peo/mv/gaz