Agence de Presse de l'Amérique Latine

Nouvelle résolution contre le blocus imposé à Cuba par les États-Unisprésentée aux Nations Unies

Nations Unies, 6 novembre (Prensa Latina) L’appel à la levée du blocus des États-Unis contre Cuba revient aujourd’hui à l’Assemblée Générale des Nations Unies, qui depuis 27 ans s’élève contre ce mécanisme.


Sur les 193 États membres qui constituent l´organe le plus important des Nations Unies, seuls deux ou trois, selon les années, ont soutenu Washington dans sa tentative de maintenir cette politique de blocus économique, commercial et financier contre l’île des caraïbes.

En cette occasion, les autorités nord-américaines ont exercé de fortes pressions et des chantages pour quecertains pays modifient leur position contre le blocus, en particulier ceux d’Amérique Latine, a dénoncé le chancelier cubain Bruno Rodriguez.

Loin de répondre à l’appel de la communauté internationale qui, depuis plus de vingt ans, a adopté à la quasi-unanimité la résolution demandant la levée du blocus, les États-Unis procèdent à des manœuvres visant à entraver l´adoption de la résolution et à éroder le résultat du vote, a-t-il déclaré.

Durant l’avant-dernière semaine d’octobre, a détaillé le chancelier, les ambassades de quatre nations latino-américaines ont été convoquées à Washington par le Département d’État dans le but d’obtenir leur vote contre le projet de résolution Nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis d’Amérique à Cuba

Cette réunion s’accompagne d’intenses efforts directs de la part des ambassades des États-Unis dans les capitales de six pays d’Amérique Latine, exerçant des pressions pour forcer un changement de vote sur la résolution contre le blocus nord-américain, a indiqué Rodriguez.

Depuis 27 ans, l’île présente ce document à l’Assemblée Générale des Nations Unies, qui soutient toujours à la quasi-unanimité l’appel à la levée de ce blocus.

Mercredi et jeudi, pour la vingt-huitième fois consécutive, ce projet de résolution sera de nouveau examiné par l´organe des Nations Unies.

Cuba sait qu’elle bénéficie du soutien unanime des peuples latino-américains et de la planète, et espère qu’aucun gouvernement ne se soumettra aux pressions de Washington, a souligné le chancelier au début de cette semaine.

Il a également rappelé l’échec de la représentation nord-américaine à l’ONU l’année dernière, essayant de modifier la nature de la résolution.

Cuba ne cessera pas de réclamer la levée totale du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis, a réaffirmé Rodriguez.

À ce jour, ce mécanisme apparaît comme le système de sanctions unilatérales le plus injuste, le plus sévère et le plus prolongé jamais appliqué contre un pays.

Bien que l’Assemblée Générale des Nations Unies ait adopté chaque année depuis 1992 une résolution appelant à la fin du blocus, le Gouvernement des États-Unis continue de faire fi de la communauté internationale, en maintenant et en intensifiant cette politique hostile.

peo/tgj/ifb/cvl