Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Gouvernement chilien annonce un « dialogue citoyen » de 60 jours

Par Rafael Calcines Armas

Santiago du Chili, 7 novembre (Prensa Latina) Le gouvernement du Chili s’efforcera, à partir de la semaine prochaine et pendant 60 jours, d’organiser une série de 'dialogues citoyens' visant à apaiser les manifestations populaires qui durent depuis 21 jours.


Cette consultation sera dirigée par le nouveau ministre du Développement Social et de la Famille, SebastianSichel, qui a déclaré aux médias que ce dialogue s’appuierait sur les informations recueillies au cours du processus constitutif que l’ancienne présidente Michelle Bachelet a tenté de promouvoir.

Pour certains analystes et la voix de la rue, ce processus arrive un peu tard, puisque, depuis plus d’une semaine, le mouvement social qui à la tête des manifestations contre le modèle néolibéral mène une série de comités et de consultations populaires autoconvoqués.

Dans ces comités, qui se tiennent dans des quartiers et des institutions avec la participation de milliers de personnes de tous âges, y compris des enfants, les participants débattent de la situation actuelle du pays, et expriment leurs idées pour changer l’état des choses en vue d’un Chili plus inclusif et plus équitable.

Cependant, pendant les trois semaines qu’a duré la révolte populaire, le gouvernement n’a fait aucune allusion à ces comités ni à la participation du bureau de l’Unité Sociale aux consultations programmées par La Moneda (siège de l´Exécutif), se limitant à convoquer les partis politiques.

Cependant, selon Sichel, il sera également tenu compte de 'toutes les discussions qui ont émergé dans la citoyenneté', ajoutant que 'la semaine prochaine il est de notre devoir de commencer le processus de dialogue sous cette forme, en permettant à ce débat d’atteindre tout le pays'.

Face à l’explosion sociale, le président SebastiánPiñera a également lancé ce qu’il a qualifié de 'vigoureux agenda social' avec plusieurs mesures, en rien nouvelles, parce que la plupart étaient des revendications populaires de longue date, et qui a été considéré par des analystes et les manifestants comme un patch pour essayer de contrôler la profonde crise existante.

peo/tgj/rc