Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’invasion des États-Unis laisse un bilan radioactif en Irak, entre autres maux

Por Armando Reyes *

Beyrouth, 13 novembre (Prensa Latina) Une enquête récente a confirmé les effets terribles de l’utilisation d’uranium appauvri par Les États-Unis lors de l’invasion et de l’occupation de l’Irak en 2003, en particulier sur les enfants.


Les résultats de l’étude réalisée par des experts indépendants révèlent des liens directs entre ce type de munitions et les malformations congénitales terribles à la naissance.

Après avoir analysé les cheveux et les dents de cadavres de bébés présentant de graves anomalies dans des zones d’affrontements sanglants ou près de bases militaires étasuniennes, les chercheurs ont trouvé des niveaux élevés de thorium, un élément chimique produit par la désintégration de l’uranium appauvri.

 L’enquête a montré, par exemple, un lien direct entre la vie à proximité de la base aérienne étasunienne d’Al-Talil, dans le sud-est de l’Irak, et le risque d’accoucher d’un enfant des handicapes congénitaux.

Parmi les autres maladies, on peut citer les maladies cardiaques, les déformations de la colonne vertébrale et de fente labiale, a déclaré Mozhgan Savabieasfahani, une chercheuse indépendante d’origine iranienne qui réside dans le Michigan, aux États-Unis.

 Co-auteur de l’étude, Savabieasfahani a dénoncé ces épisodes dans une interview accordé au site étasunien Truthout.

Le scientifique estime que l’augmentation de ces maladies est due à l’utilisation de milliers de bombes et de munitions recouvertes d’uranium appauvri par le Pentagone.

Cette invasion, puis l’occupation d’une alliance dirigée par Washington, a été autorisée par le président George W. Bush (2001-2009) sous prétexte que le pays arabe possédait des armes de destruction massive.

Après des années de guerre meurtrière et dévastatrice, Washington a reconnu que l’Irak ne disposait pas de cet armement, mais que le mal était déjà fait et continuait de causer des dommages.

Quand une bombe recouverte d’uranium appauvri frappe sa cible, l’incendie et le feu provoquent des émissions de petites particules radioactives que le vent peut transporter sur plusieurs kilomètres et qui contaminent l’air que respirent des innocents, a écrit Savabieasfahani.

L’inhalation, a-t-il ajouté, peut entraîner un cancer du poumon, des os, de la peau et des lésions rénales, ainsi que des malformations congénitales et un empoisonnement chimique.

Selon la chercheuse, ces attaques n’ont pas été la seule source de pollution, puisque des milliers de véhicules blindés, de chars et d’avions, renforcés par de l’uranium appauvri, ont été détruits et, en se désintégrant, ont empoisonné l’atmosphère et les courants d’eau de la nation arabe.

Les médecins et experts irakiens qualifient de génocide l’utilisation de ces munitions par Washington et dénoncent le nombre croissant de bébés atteints de handicaps congénitaux dans les zones où des combats ont eu lieu pendant l’invasion étasunienne.

L’un de ces sites est la ville de Falloujah, à 50 kilomètres à l’ouest de Bagdad, où les statistiques font état d’augmentations préoccupantes des cancers chez les enfants, de leucémies et d’avortements spontanés.

Un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, intitulé « Résumé de la prévalence des malformations congénitales signalées dans 18 districts sélectionnés en Irak », indique la prévalence des naissances avec ces problèmes.

Et surtout, souligne le rapport, dans les zones exposées à des bombardements ou à des combats intenses.

Cette enquête a été menée à la suite d’une alerte généralisée concernant l’augmentation inhabituelle des mauvais résultats en matière de procréation et de naissance en Irak depuis l’invasion et l’occupation dirigé par le Pentagone.

La radioactivité provenant des armes d’invasion semble se répandre sur l’ensemble du territoire iraquien en raison d’un nombre croissant de malformations de naissance à Mossoul, Al-Ramadi, Najaf, Fallujah, Bassorah, Hawijah et Bagdad.

Alors que dans d’autres provinces les cas de cancer augmentent en spirale ascendante, tout comme la stérilité, les avortements spontanés répétés, les décès fœtaux et les malformations congénitales, qui dans certains cas ne sont définies dans aucun un livre de médecine.

Des chercheurs du Ministère de la Santé ont déclaré lors d’un entretien avec la télévision britannique BBC que cette situation compromet la prochaine génération d’irakiens.

Peo/arb/arc

*Corresponsal de Prensa Latina en El Líbano.