Agence de Presse de l'Amérique Latine

Trump aurait voulu transférer des immigrants sur la base de Guantanamo

Washington, 14 novembre (Prensa Latina) Le président étasunien Donald Trump a proposé de désigner des immigrés sans papiers comme combattants ennemis et de les envoyer à la prison de la base navale de Guantanamo, selon un livre cité aujourd’hui par le quotidien britannique The Guardian.


Depuis 2002, Washington maintient une prison dans cette installation militaire, située sur le territoire cubain contre la volonté du peuple et du gouvernement de l’île des Caraïbes.

Le journal a eu accès à une copie du volume A Warning (Un avertissement), qui sera lancé le 19 novembre, et dont l’auteur est le même fonctionnaire anonyme de l’administration Trump qui a écrit en 2018 un article explosif sur la présidence du républicain.

Parmi les nombreux détails incendiaires contenus dans A Warning, figure la révélation selon laquelle le président a soulevé l’idée de modifier la désignation légale des migrants comme un moyen de les maintenir par la force hors du pays, a indiqué le journal.

La publication ajoute que ce changement aurait effectivement condamné tous les immigrants sans papiers au même traitement légal que les auteurs des attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Dans ce nouveau livre, l’auteur anonyme a indiqué que le plan concernant les immigrants était né de la conviction infondée de Trump que la migration illégale à travers la frontière mexicaine est la plus grande crise de l’histoire des États-Unis.

Lorsque sa proposition visant à qualifier tous les immigrés sans papiers de combattants ennemis a commencé à circuler à travers l’Exécutif elle a suscité étonnement et mortification, écrit l´auteur.

En janvier 2018, le dirigeant républicain a signé un décret visant à maintenir ouverte la prison de la base navale de Guantanamo, enclave militaire située à l’est de Cuba.

Cette décision de Trump a inversé la politique de son prédécesseur Barack Obama (2009-2017), qui a tenté de fermer le centre de détention qui au centre de scandales concernant les violations commises contre les personnes y étant emprisonnées.

Selon le journal américain The New York Times, en avril dernier, des fonctionnaires du Département de Sécurité Nationale des États-Unis ont discuté de la possibilité d’envoyer des enfants immigrés à Guantanamo, bien que la proposition n’ait pas gagné en force.

Maintenant, A Warning montre que Trump voulait aller bien plus loin et appliquer l’étiquette de « combattant ennemi » à tous les immigrants sans papiers comme moyen de dissuasion, mais le livre ajoute qu’avant que le président puisse présenter l´initiative au public, les fonctionnaires de son gouvernement l’en ont empêché.

L’auteur du livre a déclaré dans un article de l’année dernière dans le Times qu´au sein de la Maison Blanche il y a des gens qui travaillent pour contrecarrer une partie de l’agenda et les pires penchants de Trump.

Ce texte, en plus d´avaoir suscité la colère du président et de ses partisans, qui l’ont dénoncé comme une tentative de saper l’administration, a également suscité des critiques de démocrates qui ont estimé que le fonctionnaire devait démissionner et se présenter publiquement.

peo/rgh/mar