Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba démasque publiquement un contre-révolutionnaire

La Havane, 28 novembre (Prensa Latina) La télévision cubaine a diffusé hier soir un reportage sur le contre-révolutionnaire José Daniel Ferrer, signalé comme agent salarié au service des États-Unis, et que ce pays prétend présenter comme prisonnier politique.


Le matériel audio-visuel a fourni des preuves d’une longue histoire d’actions de provocation contre l’ordre public et la légalité, d’agressions physiques de l’accusé contre des citoyens, ainsi que de la campagne orchestrée depuis les États-Unis, qui tente de le présenter comme une victime et d’accuser les autorités cubaines de violation de ses droits.

Ferrer a été arrêté le 1 octobre dernier, avec trois autres personnes, et est en attente de jugement, en réponse à la plainte déposée par un citoyen qui les accuse d’enlèvement et de lui avoir infligé des coups et blessures graves pour lesquels il a dû être hospitalisé.

D’autres personnes le considèrent comme une personne violente et l’accusent devant les caméras d’avoir été victimes de son caractère agressif, ainsi que de vol et d’escroquerie.

Les images diffusées à la télévision cubaine montrent le traitement réservé à cette affaire par les grands médias de communications occidentaux et les réseaux sociaux, qui servent de plateforme pour la manipulation et le mensonge, et d’où il est affirmé que Ferrer est détenu sans inculpation, isolé, agressé physiquement et sans accès à la santé.

Toutefois, l’accusé a reçu des visites familiales et ne présente aucune preuve de mauvais traitements.

D’après le reportage, MaraTekach, chef de la mission diplomatique des États-Unis à Cuba, que l´on voit en images à l´extérieur et à l´intérieur de la maison de Ferrer, à côté de sa femme, dirige personnellement ce citoyen, et l’incite à outrager les forces de l’ordre.

La femme de Ferrer affirme, dans une vidéo enregistrée avec Tekach pour les réseaux sociaux, que son conjoint a perdu plus de la moitié de son poids corporel, ainsi que sa force musculaire et sa vision, et qu´il a été battu, qu´il est sans médicaments ni soins médicaux ;chose que les images démentent.

Le Dr YaroSánchez, qui s’occupe de Ferrer, a affirmé dans des déclarations faites le 22 novembre que ce dernierest en bonne santé, bien nourri et maintient un poids correspondant à sa taille.

Une dénonciation publiée le 20 novembre dernier dans le journal Granma affirme qu’avant son activité au service du gouvernement nord-américain, Ferrer avait un passé de délinquant et au comportement violent totalement absent de motivations politiques.

Il n’est pas nouveau que l’administration étasunienne utilise ces personnes pour ses activités politiques subversives et pour des campagnes de discrédit avec le soutien sans scrupule des grands médias, a affirmé le texte.

Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a pour sa part souligné aujourd’hui le triomphe de la vérité sur les calomnies contre son pays, concernant cette nouvelle campagne des États-Unis.

Le reportage diffusé hier soir montre également que Ferrer lui-même assure dans une émission de télévision nord-américaine qu’il est financé par la National Cuban American Foundation, une organisation basée à Miami et créée dans le but de renverser la Révolution cubaine par des actes terroristes contre la nation caribéenne et son peuple.

Ladite vidéo montre également Ferrer s’agressant lui-même après avoir été arrêté, puis désignant le représentant des autorités cubaines comme étant à l’origine des coups reçus.

peo/acl/evm/cvl/mem/lrd