Agence de Presse de l'Amérique Latine

Interpol rejette une demande de notice rouge à l´encontre de l'ancien chancelier de l’Équateur

Quito, 29 novembre (Prensa Latina) La Police International (Interpol) a rejeté la demande du gouvernement équatorien d’établir la Notice Rouge pour l’ancien chancelier Ricardo Patiño, qui demeure aujourd’hui réfugié au Mexique parce qu’il se considère persécuté politiquement dans ce pays sud-américain.


La demande de cette nation andine a été rejetée par le Groupe Spécialisé sur les Notifications et la Diffusion du Secrétariat Général d'Interpol, car les éléments nécessaires pour l’approuver n´ont pas été réunis, selon le document de l’institution divulgué par l’ancien chef d’État Rafael Correa.

Après avoir pris en considération tous les éléments pertinents, le Secrétariat Général a conclu que la Notification Rouge sur Monsieur Patiño Aroca n’est pas conforme aux Articles 2 (1) et 3 du Statut d’Interpol', a précisé l'instance dans le texte daté du 25 novembre.

En conclusion, il a été ajouté que la Notice Rouge ne serait pas publiée, toutes les informations relatives à l’ex-chancelier seront supprimées de la base de données de l’entité internationale et le travail de l’entité ne pourra en aucun cas être utilisé pour la communication d’informations lié à cette affaire.

Des messages sur les réseaux sociaux indiquent que la décision d’Interpol constitue un nouveau revers pour le gouvernement équatorien, qui, de l’avis de beaucoup, mène une persécution politique évidente contre d’anciens fonctionnaires du gouvernement du président Rafael Correa opposés au nouveau président Lénine Moreno.

Le propre Correa a été l’un des premiers à réagir à la décision de la police internationale sur son compte Twitter.

« Nouvelle humiliation pour la justice équatorienne. Interpol refuse la notice rouge contre Ricardo Patiño. En raison de leur haine et de la persécution politique, ils ne se soucient même pas de détruire le prestige du pays et nous ramener à « la république bananière »  en laquelle personne ne croit », a écrit l’ancien mandataire.

D’autres voix ont également critiqué cette demande, comme l’ancien député Christian Viteri, qui a déclaré : « C’est ce qui se passe dans les procédures judiciaires où il y a clairement un animus de persécution politique en utilisant comme instrument des procureurs et des juges partiaux. Interpol refuse l’arrestation pour des raisons politiques dans le cas de Ricardo Patiño! ».

De son côté, l’ancien Défenseur des Droits Ramiro Rivadeneira a déclaré : « Une autre requête qu’Interpol refuse pour ses raisons politiques. Il est terrible que, dans ces situations, la persécution politique internationale qui se produit en Équateur soit ainsi révélée ».

 En décembre 2018, Interpol avait également rejeté une demande similaire concernant Rafael Correa, alors qu’il faisait l’objet d’une enquête pour l’enlèvement présumé de Fernando Baldas en Colombie en 2012, alors qu´il était recherché par la justice.

La Notice Rouge comprend des documents internationaux habilitants, utilisés pour demander la localisation et la détention d’une personne recherchée par les autorités judiciaires d’un pays donné ou par un tribunal international en vue de son extradition.

Peo/agp/scm