Agence de Presse de l'Amérique Latine

López Obrador réitère le droit du Mexique d´octroyer l´asile en ce qui concerne le cas de la Bolivie

Mexique, 2 décembre (Prensa Latina) Le président Andrés Manuel LópezObrador a revendiqué hier le droit souverain du Mexique d’exercer la pratique de l’asile conformément au droit international, ainsi qu´aux préceptes légaux et constitutionnels de la nation.


Dans un rapport émouvant sur le premier anniversaire de son gouvernement, débuté le 1er décembre 2018, le mandataire a brièvement évoqué la politique étrangère libre et indépendante traditionnelle du Mexique et a répondu à ceux qui ont critiqué l’octroi de l’asile à l’ancien président bolivien Evo Morales, victime d’un coup d’État.

Après avoir prononcé des éloges concernant Morales et son gouvernement plurinational, LópezObrador a déclaré qu’Evo 'n’est pas seulement notre frère, mais qu’il représente dignement le peuple bolivien et en particulier les indigènes, ce qui signifie un double engagement.

Il a appelé le monde entier à l’écouter haut et fort : « Evo Morales a été victime d’un coup d’État, et depuis le Mexique, pour le monde entier, nous voulons la démocratie », puis il a répété 'démocratie oui, militarisme non'.

Il a défendu l’appartenance du Mexique à notre Amérique parce qu’à l’instar des États-Unis et du Canada, c’est une réalité historique, politique, économique et culturelle incontournable.

En ce qui concerne les Etats-Unis, avec lesquels le Mexique partage une longue frontière de plus de 3000 kilomètres, il a insisté sur le fait que son gouvernement défend les plus de 36 millions de mexicains qui y vivent, tout en respectant les lois de ce pays.

Il a expliqué qu’il y avait un changement radical dans la politique migratoire pour qu’aucun mexicain ne soit jamais contraint de quitter l’endroit où il est né en raison de la pauvreté et de l’insécurité.

Puis le mandataire a déclaré que son administration s’efforçait d’impliquer les États-Unis et l’Amérique Centrale dans des mécanismes de relance économique afin que chacun puisse travailler, étudier, être en bonne santé, être heureux et ne pas émigrer.

Dans la dernière partie de son discours, après avoir salué la présence de l’ancien Président de l’Uruguay, José Mujica, LópezObrador a rappelé qu’il y a un an, sur cette même scène, il s’était engagé à 100 actions en faveur du peuple, dont il en a déjà atteint 89 et qu´il ne lui en reste que 11 qui sont déjà en cours d’exécution.

peo/oda/Lma