Articles

Le gouvernement colombien aurait eu connaissance des interceptions illégales

Bogota, 13 janvier (Prensa Latina) Plusieurs voix signalent aujourd’hui que le gouvernement colombien avait connaissance des révélations publiées par la revue Semana sur les interceptions illégales effectuées par l’armée contre des membres du Congrès, des juges, journalistes et défenseurs des droits de l’Homme.


L’enquête porte sur un système sophistiqué d’interception utilisé par l’armée par le biais de deux des services de renseignement et de contre-espionnage au cours du second semestre de 2019.

Selon les informations communiquées, ce système aurait été utilisé pour espionner illégalement des juges de la Cour Suprême de Justice, des membres du Congrès, des gouverneurs, des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme.

L’enquête a révélé que les opérations étaient menées à partir de garnisons militaires afin d’éviter les perquisitions et les fuites surprises dans la presse.

Selon Semana, l’utilisation illégale de matériel sophistiqué pour espionner des politiciens, des magistrats, des généraux et des journalistes aurait précipité le récent départ du commandant de l’armée, Nicacio Matínez.

« J’écoute le ministre de la Défense, Carlos Holmes. Il dit que le gouvernement a ordonné l’ouverture d’une enquête après avoir pris connaissance de la parution de la revue Semana. Monsieur le ministre, le gouvernement, le propre président (Ivan) Duque et le Ministère Public, étaient déjà au courant de ces suivis illégaux », a déclaré Roy Barreras, coprésident de la Commission de la Paix du Sénat.

« J’ai personnellement dénoncé ces faits devant le Président de la République le 6 juillet 2019 et j’ai prolongé cette plainte le 29 août devant le Bureau du Procureur. Comment se fait-il que “ vous n´en aillez eu connaissance que lorsque vous avez lu Semana ? Si vous le niez, si vous le cachez, quelle est la garantie que ces appareils seront démantelés ? », a-t-il manifesté.

Il n’est pas vrai que le Gouvernement n’ait pas eu connaissance de la situation en matière d’espionnage dans les forces militaires. Le 6 juillet 2019, avec les sénateurs Roy Barreras et Antonio Sanguino, nous avons adressé une communication au Président pour dénoncer cette situation, a déclaré Ivan Cepeda, également membre de la Commission de la Paix du Sénat.

À ce propos, l’ex-sénatrice Piedad Cordoba a déclaré que « quand l’armée d’un pays suit un média, l’infiltre, puis envoie des pierres tombales et des menaces à ses journalistes pour les intimider, il ne s´agit plus de militaires, mais d´une bande criminelle ».

« Comme si l’histoire se répétait, Duque, comme (l’ancien président Alvaro) Uribe, a de nouveau intercepté des journalistes, des magistrats et des leaders de l’opposition, en violation totale de la Constitution ; mais cette fois, ce n’est pas le Département Administratif de la Sécurité (démantelé depuis) qui a procédé, c´est l’armée”, a exprimé l’ancien candidat présidentiel et actuel sénateur Gustavo Petro.

peo/mem/mfb