Articles

Les candidats du MAS représentent l’avenir de la paix en Bolivie, estime Evo Morales

La Paz, 20 janvier (Prensa Latina) Les candidats présidentiels du Mouvement Vers le Socialisme (MAS), Luis Arce et David Choquehuanca, représentent en Bolivie l’avenir de paix et de liberté pour l’État Plurinational, a affirmé aujourd’hui le leader Evo Morales.


Réfugié en Argentine, Morales a annoncé ce dimanche, lors de la réunion de cette force politique, le binôme présidentiel du MAS en vue des élections du 3 mai prochain et a affirmé que la révolution démocratique et culturelle de l’État Plurinational de Bolivie va continuer, « avec les frères Luis et David ».

Dans un message sur le réseau social Twitter, l’ancien président a souligné les droits conquis par le peuple pendant 14 ans de gouvernement et a déclaré que la formule d’Arce et Choquehuanca représente un avenir pour le rétablissement d’une démocratie à part entière dans la nation sud-américaine.

Arce Catacora, économiste, professeur et politicien bolivien de 57 ans, a été ministre de l’Économie et des Finances de la Bolivie du 23 janvier 2006 au 24 juin 2017, et pour la deuxième fois, du 23 janvier 2019 au 10 novembre 2019, lorsqu’il a démissionné dans le contexte du coup d’État.

Le candidat à la présidence du MAS se considère socialiste et son travail a eu un impact sur l’économie de la Bolivie qui, pendant les mandats de Morales, est passée d´un pays reconnu pour sa grande instabilité à celui ayant une croissance annuelle d’environ cinq pour cent.

Soucieux de transformer le pays avec Evo Morales, il a mis en place des politiques favorables aux entreprises qui ont généré une vigoureuse croissance économique, l’une des plus reconnues étant la transformation du secteur gazier.

À cela s’ajoute l’augmentation des exportations d’argent et de zinc, entre autres actions qui ont facilité d’importantes richesses économiques pour le pays andin-amazonien.

L’un des éléments fondamentaux de la croissance économique de la Bolivie, sous les mandats de Morales et la conduite de ce secteur par Arce, est la distribution des richesses qui ont atteint les classes les plus démunies.

En ce sens, la pauvreté extrême sous le gouvernement d’Evo Morales est passée de 38% à 18%, des résultats extraordinaires selon la propre Banque Mondiale.

Au cours de ces 14 années, le pays a également accumulé jusqu’en octobre dernier plus de 15,4 milliards de réserves internationales, l’un des niveaux les plus élevés du monde pour la taille de son économie, tout en maîtrisant les taux d’inflation.

Arce, spécialiste du marxisme-léninisme, insiste sur le fait que les changements opérés durant son mandat dans le gouvernement d’Evo Morales ont été radicaux et, comme Karl Marx, il considère et a mis en pratique le fait que 'pour réussir le saut vers le socialisme il faut développer les forces productives'.

Choquehuanca, candidat à la vice-présidence, est quant à lui originaire du département de La Paz et a présidé la chancellerie bolivienne entre 2006 et 2017, fidèle aux idées de Morales de défendre la cause des peuples indigènes.

En tant que ministre des Affaires Étrangères, le diplomate aymara a défendu la consommation traditionnelle de la feuille de coca et a promu les savoirs ancestraux comme le vivre bien, qui établissait un équilibre entre les êtres humains et la Pachamama ou la Terre Mère.

Ces dernières années, Choquehuanca a été secrétaire général de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA-TCP), qui comprend Cuba, la Dominique, la Grenade, le Nicaragua, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les Grenadines, le Venezuela, et encore récemment la Bolivie, en plus d’Haïti en tant qu’observateur.

Depuis l’ALBA-TCP, le dirigeant bolivien a plaidé pour le renforcement de l’intégration régionale et le renforcement du travail multilatéral dans l’intérêt des peuples, ainsi que pour faire face à la guerre sale et au mensonge concernant la réalité quotidienne.

peo/rgh/otf/Yma