Articles

Les assassinats nuisent à la paix en Colombie

Bogota, 20 janvier (Prensa Latina) Au milieu de la violence persistante que vit aujourd’hui la Colombie, l’ancien président Ernesto Samper (1994-1998) a déclaré que les crimes commis contre des dirigeants sociaux et d’anciens guérilleros sont un assassinat de la paix.


Il l’a ainsi déclaré plus de trois ans après la signature de l’Accord de Paix entre l’État et l´ancienne guérilla des FARC-EP.

« L’assassinat des combattants démobilisés des FARC-EP a tendance à égaler le génocide de l’Union Patriotique il y a quelques années. Chaque leader social et chaque démobilisé (ex-guérilleros en cours de réinsertion dans la vie civile) assassiné est un nouvel assassinat de la paix », a-t-il souligné.

« Les dirigeants sociaux sont assassinés parce qu’ils défendent les accords de paix concernant les terres, le remplacement des cultures illicites et le respect des droits de l’Homme. Voulez-vous mettre fin à ce génocide ? Respectez les accords et relancez les négociations avec l’ELN (guérilla de l´Armée de Libération Nationale) », a-t-il exprimé.

Dans ce contexte, Carlos Ruiz Massieu, chef de la Mission de vérification de l’ONU en Colombie, a récemment souligné que la sécurité est l’un des principaux défis pour la mise en œuvre de l’Accord de Paix.

Ruiz Massieu a indiqué que 'la sécurité des ex-combattants, des dirigeants sociaux et des défenseurs des droits de l’Homme dans les communautés est un sujet de préoccupation particulier dans certains départements comme le Cauca, Nariño et Chocó'.

Il a également précisé que les rapports du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, énumèrent certaines des causes qui pourraient être à l’origine de cette violence, dont les économies illicites, la présence de groupes armés illégaux et l´absence de perspectives économiques.

C’est pourquoi il a évoqué la nécessité d’une mise en œuvre intégrale de l’Accord en précisant que celui-ci comporte différents points qui visent à traiter ces problèmes susmentionnés.

peo/mem/mfb