Articles

Bernie Sanders s´exprime sur Cuba

Washington, 25 février (Prensa Latina) Le sénateur étasunien Bernie Sanders, aujourd’hui l’un des plus sérieux candidats à la nomination du Parti Démocrate pour l’élection présidentielle de novembre prochain, a reconnu le rôle de Cuba en envoyant « des médecins dans le monde entier ».


'Ce serait une erreur de ne pas déclarer qu’ils ont fait à Cuba de bons progrès en matière de soins de santé', a estimé le politicien de 78 ans dans une interview accordée au programme 60 Minutes de la chaîne CBS et transmise ce dimanche.

Ils envoient des médecins partout dans le monde. Ils ont fait quelques progrès dans l’éducation, a souligné le sénateur pour le Vermont qui aspire à affronter le républicain Donald Trump lors des élections présidentielles du 3 novembre prochain.

Le présentateur de l´émission Anderson Cooper a demandé au candidat d’expliquer ses commentaires de 1985, lorsqu’il avait loué certains des programmes sociaux mis en place par le leader historique de la révolution cubaine Fidel Castro.

Selon une vidéo datant de plus de 30 ans, le sénateur avait déclaré à ce moment-là que Fidel Castro avait éduqué les enfants, leur avait prodigué des soins médicaux, avait complètement transformé la société.

Bien qu’il ait clairement indiqué que son 'socialisme' n’est pas celui du Venezuela ou de Cuba et souligné que le type de société dans lequel il croit est celui qui existe pour lui dans des pays comme le Danemark, la Finlande et la Suède, le législateur a déclaré qu’il est injuste de dire simplement que tout va mal dans l’île.

Quand Fidel Castro est arrivé au pouvoir, tu sais ce qu’il a fait ? Il avait un programme d’alphabétisation de masse, a souligné Sanders en évoquant la révolution culturelle qui a permis en à peine un an (en 1961) d’éradiquer l’analphabétisme et de faciliter l’accès universel et gratuit aux différents niveaux d’éducation dans le pays des Caraïbes.

Le 17 octobre 1962, lors de l’inauguration de l’Institut des sciences de base et précliniques Victoria de Girón, dans la capitale cubaine, Fidel Castro avait annoncé la décision du gouvernement de fournir une aide dans le domaine de la santé et déclaré que 50 médecins seraient envoyés en Algérie.

« Aujourd’hui, nous ne pouvons en envoyer que 50, mais dans 8 ou 10 ans, qui sait combien, et nous aiderons nos frères », avait alors averti le leader cubain.

Près de six décennies plus tard, plus de 400 mille collaborateurs de la santé de la plus grande des Antilles ont effectué des missions dans 164 pays. Dans le même temps, 35 mille 613 professionnels de la santé de 138 pays ont été formés gratuitement sur l’île.

Comme on pouvait s’y attendre, les commentaires de Sanders ont provoqué la colère de la partie la plus extrémiste des cubains-américains du sud de la Floride, qui s’opposent à tout rapprochement avec l’île des Caraïbes.

En 2016, Sanders a défendu les relations diplomatiques avec Cuba, ce qui, selon lui, améliorera considérablement la vie des cubains et aidera les États-Unis.

Le candidat démocrate a en outre réitéré sa position sur la levée du blocus que les gouvernements républicains et démocrates maintiennent depuis près de 60 ans.

peo/jf/dfm