Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’unilatéralisme des États-Unis porte atteinte aux droits de l’Homme, avertit Cuba

Genève, 25 février (Prensa Latina) L’unilatéralisme des États-Unis porte atteinte à la promotion et à la protection des droits de l’Homme sur la planète, a déclaré aujourd’hui le chancelier de Cuba, Bruno Rodriguez.


Intervenant lors du débat de haut niveau de la 43e session du Conseil des Droits de l’Homme, il a averti que la position hostile de Washington était contraire au multilatéralisme dont le monde a besoin.

Selon Rodriguez, les États-Unis sont responsables de guerres non conventionnelles et de violations du droit international qui transgressent systématiquement le droit des peuples à la paix et à l’autodétermination.

Ils imposent également un néolibéralisme qui attaque les droits économiques, sociaux et culturels et empêche la réalisation du droit au développement, a-t-il ajouté au Palais des Nations de Genève.

Le chancelier cubain a également dénoncé le manque de volonté de la Maison Blanche face au changement climatique, ce qui pose à la communauté internationale un défi existentiel.

En ce qui concerne les droits de l’Homme, il a indiqué au Conseil que Washington fait appel à la manipulation politique et à l’application de deux poids, deux mesures, ce qui entrave la coopération sur une question aussi sensible.

Rodriguez a illustré l’agressivité des États-Unis par ses croisades visant à écraser le Venezuela et à déstabiliser le Nicaragua, face auxquelles il a exhorté à ne pas rester indifférent.

Dans le cas de Cuba, il a attiré l’attention sur la recrudescence par l’actuelle administration étasunienne du blocus économique, commercial et financier et de sa composante extraterritoriale représentée par la loi Helms-Burton.

Rodriguez a dénoncé le fait que, sous prétexte de faire céder les cubains par la faim et le désespoir, le gouvernement étasunien est capable de recourir à des mesures non conventionnelles, comme ses récentes actions pour empêcher l’approvisionnement de l´île en carburant.

Cela nuit à tous les secteurs de la société, y compris la santé, l’alimentation, l’éducation et les transports, a-t-il signalé.

Malgré les politiques de Washington, l’île progresse dans la construction d’une société socialiste, souveraine, prospère, démocratique et durable, fondée sur la capacité de résistance et la créativité avérées de son peuple, a déclaré le chancelier devant le Conseil des Droits de l’Homme.

peo/rgh/wmr