Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba : les États-Unis manquent à leurs obligations en tant que pays hôte de l’ONU

Nations Unies, 28 février (Prensa Latina) Les États-Unis manquent aujourd’hui à leurs obligations en tant que pays hôte de l’ONU et entravent la participation de représentants de délégations officielles d’États membres, y compris Cuba, aux événements de l’organisation.


L’ambassadeur Oscar León, chargé d’affaires de la Mission permanente de Cuba auprès de l’Organisation des Nations Unies, a dénoncé ce fait, soulignant qu’il n’existe aucune base légale pour justifier les restrictions et interdictions imposées par les États-Unis à l’accès à l’ONU.

Le compte Twitter officiel de la mission cubaine a partagé jeudi les déclarations faites par le diplomate lors d’une récente séance du Comité des Relations avec le pays hôte.

L’ambassadeur cubain a demandé à ce comité et à l’ONU de favoriser une solution juridique aux manquements des États-Unis.

Ces actions de Washington violent les dispositions de la Charte des Nations Unies, de la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques de 1961, de l’Accord des Nations Unies sur les privilèges et immunités, de l’Accord de siège et les recommandations adoptées au fil des ans dans les rapports du Comité, a-t-il ajouté.

Cuba, a expliqué Leon Gonzalez, a vu sa participation à des réunions de représentants et d’experts annulée en raison de la non-délivrance ou du retard de visas, ainsi que de l’expulsion de deux de ses diplomates accrédités auprès de l’ONU en septembre 2019.

La délégation de l’île résiste face aux mauvais traitements auxquels sont soumis ses courriers diplomatiques au siège de l´ONU. Dans le même temps, des mesures de restriction sont imposées aux fonctionnaires et au personnel diplomatique cubains accrédités auprès de l’organisation, a-t-il souligné.

Ainsi, a poursuivi l’ambassadeur, les membres de la mission cubaine à l’ONU ne peuvent se déplacer que dans l’île de Manhattan, ce qui entrave le déroulement de leurs fonctions et les conditions de vie des membres de leur famille.

L’ambassadeur a dénoncé le fait que les États-Unis ne peuvent continuer à utiliser impunément leur statut de pays hôte pour appliquer de manière sélective et arbitraire l’Accord de Siège en fonction de leur programme politique et empêcher certaines nations de remplir pleinement leurs fonctions en qualité de membres de l’ONU.

Par cette politique arbitraire, sélective et discriminatoire, a souligné Leon, Washington affecte délibérément le fonctionnement plein et efficace de l’ONU et porte atteinte au multilatéralisme.

peo/jcm/ifb