Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’Irak annonce l´envoi de plaintes contre les États-Unis à l’ONU

Bagdad, 18 mars (Prensa Latina) L’Irak a annoncé aujourd’hui l’envoi de deux plaintes au Conseil de Sécurité de l’ONU pour les récentes frappes aériennes des États-Unis contre des positions du pays arabe.


Le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères, Ahmed Al-Sahaf, a expliqué que Bagdad considérait ces actes comme des violations des conditions convenues pour le maintien de la présence du Pentagone en Irak.

Les militaires iraquiens ont fermement condamné l’agression étasunienne qui a fait trois morts parmi les soldats, deux dans la police et un employé civil, et endommagé un aéroport en construction.

Des sources nord-américaines ont indiqué qu’elles avaient frappé cinq sites appartenant à l’organisation kataeb Hezbollah, où elle stockait des roquettes et d’autres armes.

Selon ces déclarations, ces attaques constituaient des représailles au lancement mercredi dernier d’une série de roquettes qui ont tué deux soldats étasuniens et un soldat britannique et en ont blessé 14 autres sur la base militaire de Taji, à 10 kilomètres au nord de Bagdad.

Le président Barham Salih a estimé que de telles violations pourraient faire de l’Irak un État défaillant et raviver le groupe terroriste État Islamique.

Le Président du Parlement, Mohammed Al-Halbousi, a pour sa part déclaré que, alors que le monde est confronté à une épidémie féroce, certaines parties commettent des violations militaires et sécuritaires qui ne contribuent pas à la stabilité.

Nous avons demandé au commandant en chef des forces armées de prendre des mesures pour préserver les bases et les institutions militaires iraquiennes et d’enquêter sur ces attaques, a déclaré Al-Halbousi.

En tout état de cause, a-t-il ajouté, nous condamnons cet acte qui a fait des morts et des blessés parmi nos forces et qui a endommagé l’infrastructure de l’aéroport civil dans la ville de Karbala.

Le Commandement des Opérations Conjointes d´Irak a signalé que le Pentagone avait tiré sur des formations de l’armée iraquienne, les Unités de Mobilisation Populaire et le régiment de police de Babylone.

peo/rgh/arc