Agence de Presse de l'Amérique Latine

Twitter prend l'habitude de restreindre les comptes liés au gouvernement du Venezuela

Par Lisbet Rodríguez Candelaria

Caracas, 1er avril (Prensa Latina) La restriction des comptes liés aux personnalités politiques au Venezuela semble aujourd'hui devenir une habitude de la société nord-américaine Twitter, en pleine pandémie de Covid-19.


Pas plus tard que mardi, lorsque le procureur général, Tarek William Saab, a annoncé la convocation du député d'opposition Juan Guaidó au siège du Ministère Public, le compte de l'institution sur la plateforme de communication semblait "temporairement restreint".

Une telle comparution à déclarer ce jeudi 2 avril est liée à la participation présumée de l'ex-chef de l'Assemblée Nationale à la tentative de coup d'État et du plan d'assassinat contre le président Nicolás Maduro et d'autres hautes autorités de l'État vénézuélien.

Cette action déstabilisatrice aurait été planifiée en Colombie, avec le soutien de conseillers étasuniens et avec de l'argent volé au gouvernement bolivarien, selon des déclarations publiques du déserteur vénézuélien Clíver Alcalá publiées le 26 mars.

Le complot a été contrecarré lorsqu'une cargaison d'armes a été saisie à Santa Marta (Colombie) le 23 mars, destinée à entrer illégalement sur le territoire vénézuélien par l'État de Zulia afin de promouvoir des actes terroristes.

"Nous voyons comment il y a des sujets hors la loi, totalement obsédés par la prise de pouvoir uniquement pour obtenir un avantage économique et promouvoir la corruption, comme ils l'ont déjà fait au niveau national et international", a averti Saab.

Cependant, la mise à jour de ces informations et d'autres est entravée sur Twitter par la décision de l'entreprise de restreindre les comptes, ce qui empêche les utilisateurs d'accéder librement à des informations véridiques et officielles.

Un autre des sites institutionnels liés au gouvernement vénézuélien qui a été victime de cette mesure est la presse présidentielle, bloquée la veille.

Auparavant, la vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodríguez, avait annoncé l'ouverture d'un nouveau compte sur le réseau social Twitter, compte tenu du refus de l'entreprise de restituer le précédent.

Au milieu de la pire pandémie au monde, ils ont décidé de bloquer mon compte, qui est un canal d'information de la Commission présidentielle Covid-19, a-t-elle écrit le 22 mars.

Les ministres du Travail, Eduardo Piñate, et des Transports, Hipólito Abreu, ainsi que le président du Centre national du livre, Raúl Cazal, se joignent également aux personnalités qui ont subi le blocage de leurs comptes sans raison.

Peo/pll/agp/lrc