Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba soutient le travail de l’ONU et de l’OMS face au Covid-19

La Havane, 16 avril (Prensa Latina) Cuba a réaffirmé aujourd’hui sa position de soutien au rôle et au leadership de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) face à l’urgence sanitaire provoquée par le Covid-19.

 Dans une déclaration du Ministère des Affaires Étrangères de l’île, les efforts déployés par ces organismes internationaux ont été jugés indispensables et le Gouvernement des États-Unis a été critiqué pour ses attaques contre le multilatéralisme à un moment où la solidarité est nécessaire.

La nation nord-américaine a récemment annoncé le retrait du soutien financier à l’OMS, une attitude qui a suscité le rejet de la communauté internationale.

Il est inadmissible, souligne la Chancellerie caribéenne, que chaque année, des milliards de dollars soient dépensés dans la publicité, en dépenses militaires et en armements.

Tout cela est totalement inutile pour lutter contre la menace du nouveau coronavirus, qui a déjà causé des dizaines de milliers de morts, ajoute le texte.

Ce n’est que par un effort politique mondial visant à développer et à partager la recherche et à échanger des expériences en matière de prévention et de protection que nous pourrons réduire la durée de cette maladie et les pertes en vies humaines, souligne la déclaration.

La crise actuelle oblige à coopérer, y compris en reconnaissant les différences politiques, ajoute le texte, car le virus ne respecte ni frontières ni idéologies, et "aucun pays ne devrait supposer qu’il est suffisamment grand, riche ou puissant pour se défendre seul".

Coordonner la production et la distribution de matériel médical, de moyens de protection et de médicaments, avec un sens de la justice, est la proposition cubaine, une approche avec laquelle l’île travaille en coopération avec l’OMS.

C’est l’humble contribution d’une petite nation, "avec peu de richesses naturelles et soumise à un long et brutal blocus économique", rapporte le document.

"La propagation virale finira par s’arrêter, plus rapidement et à moindre coût, si nous agissons ensemble", d’où l’appel à unir les volontés pour surmonter ce moment et les grands problèmes et menaces qui viendront ensuite.

La fin de la pandémie ne conduira pas à un monde plus juste, plus sûr et plus décent si la communauté internationale ne se hâte pas dès maintenant de se réconcilier et de prendre des décisions. Il est temps d’agir, conclu la missive.

peo/mem/kmg