Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des actrices argentines s´opposent à l´assignation à résidence de femmicides

Buenos Aires, 29 avril (Prensa Latina) Le collectif Actrices Argentinas, dirigé par d’éminents visages féminins du pays, rejette aujourd’hui une possible assignation à résidence pour les hommes accusés de violence sexiste qui réclament de sortir de prison par crainte de contracter le Covid-19.

 Dans un communiqué diffusé sur Internet, le groupet a répudié l’action du juge Victor Violini et de quiconque accorde le statut de résidence surveillée à des accusés ou condamnés pour fémicides, abus, viol, violence familiale ou sexiste.

Préoccupées par le contexte sanitaire et la décision d’accorder, à titre exceptionnel, une surveillance à domicile aux détenus pour des délits mineurs, elles soulignent que les cas de personnes qui ont commis des atrocités contre les femmes ne peuvent être libérés. 'Leur assignation à domicile permet de nuire de nouveaux à celle qui a déjà subi un procès tortueux pour dénoncer ces actes; cela met en danger leur vie et celle de nouvelles victimes potentielles. La justice devrait garantir les droits de la partie la plus vulnérable en raison de sa condition de victime, de sa condition de fille ou de garçon et de son sexe', souligne le collectif des actrices.

Elles demandent également que davantage de juges responsables et soucieux de l’égalité des sexes veillent à ce qu’aucune mesure d’urgence ne perpétue ce fléau. 'Qu’une urgence ne cache pas l’autre', souligne le texte.

Les actrices ont demandé des ressources pour garantir des mesures sanitaires pour la population carcérale, mais elles exigent que cela n’implique pas de mettre en danger les femmes, les diversités et les enfants.

Les données officielles indiquent que depuis le début de la quarantaine totale dans ce pays, le 20 mars dernier, plus d’une vingtaine de meurtres liés à la violence sexiste ont été signalés, le plus récent cette semaine dans la province d’Entre Rios concernant une jeune fille de 23 ans poignardée devant ses enfants.

peo/npg/may