Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le père d’un journaliste argentin emprisonné en Bolivie demande de l’aide

Par Maylin Vidal

Buenos Aires, 13 mai (Prensa Latina) Néstor Molares vit l’un des moments les plus durs de sa vie et réclame de l’aide pour que son fils Facundo, dont la santé s’affaiblit aujourd’hui, soit rapatrié en Argentine depuis la Bolivie.

 Le journaliste Facundo Molares Schoenfeld, 44 ans, est détenu depuis six mois alors qu’il couvrait le processus électoral qui s’est terminé quelques jours plus tard par un coup d’État contre l’ancien président Evo Morales. Sa vie est en danger, non seulement parce qu’il est aux mains d’une dictature, mais aussi parce que son état de santé s’aggrave, dénonce son père.

Depuis novembre dernier, le journaliste est emprisonné par le gouvernement de facto dirigé par Jeannine Añez, qui a y compris expulsé du pays son père qui s’était rendu en Bolivie pour rejoindre son fils hospitalisé.

Facundo est détenu illégalement depuis six mois dans le cadre d’un procès qui viole les droits de la défense et les normes internationales. Il est en très mauvais état de santé et a été transféré pour hypertension artérielle et un œdème pulmonaire, en plus d’un problème rénal et une perte de la vue, a expliqué à Prensa Latina Nestor Molares.

Son père souligne qu’il est un patient à très haut risque face au danger du Covid-19, ce qui accentue le besoin urgent qu’il soit libéré et protégé, après avoir signalé qu´il a été arrêté illégalement alors qu’il était inconscient et hospitalisé.

Dans le cadre de la bataille qu’il mène pour son fils, détenu à la prison de haute sécurité de Chonchocoro, Néstor Molares souligne qu’après six mois de détention préventive, Facundo reste derrière les barreaux sans condamnation, ni preuves qui le compliqueraient et exige du gouvernement de facto qu’il le libère.

Le Gouvernement d’Añez l’accuse d’homicide présumé et d’incitation à la violence, ainsi que d’avoir bloqué le pont de La Amistad dans le département de Santa Cruz.

S’il n’est pas acquitté de tous les chefs d’accusation retenus contre lui, qu’ il soit au moins assigné à résidence ou mis en liberté conditionnelle jusqu’à ce qu’il y ait un procès avec toutes les conditions et garanties légales exigées par les règles, demande ce père désespéré après avoir souligné que la demande réelle est qu’il soit libéré et autorisé à retourner en Argentine.

Le 12 novembre de l’année dernière, Facundo a été hospitalisé dans un hôpital de Monteros, dans un coma artificiel et sous respirateur artificiel. Il a été détenu plusieurs jours et a été transféré un mois plus tard dans l’une des prisons les plus dangereuses de Bolivie.

Le père du journaliste, qui travaillait pour le magazine argentin Centenario, souligne qu’il éprouve beaucoup d’angoisse, comme toute la famille, tout en espérant que justice sera rendue et que les principes d’humanité qui devraient régir les relations dans le monde pourront être respectés.

'J’ai fait des réclamations et des demandes à divers organismes de défense des droits du monde entier, à la CIDH, aux Nations Unies, mais la réalité est que les mécanismes sont très lents à répondre, ils ne sont pas à la hauteur des circonstances. Ils me diront qu’il y en a beaucoup dans cette situation et je le comprends, mais ils devraient adapter leur structure à la réalité', a déclaré Nestor Morales.

Il affirme que son fils est une personne honnête, dévouée à sa vocation, qui n’a aucun problème avec la justice, pas même une infraction de transit.

Il se souvient de ces jours où il a lui-même souffert de l’arbitraire et de la brutalité du personnel de police qui l’a détenu avec sa compagne alors qu’il était à l’hôpital pour aider Facundo.

Mais c’est le moins grave de tout, même si nous avons été torturés psychologiquement et humainement, puis expulsés de Bolivie sous la menace de mort, le pire, c’est qu’ils ne m’ont pas laissé être avec mon fils et l’aider dans sa guérison, explique Nestor Morales.

Nous sommes allés en Bolivie innocemment, nous pensions qu’il s’agissait d’apporter les éléments nécessaires pour aider à son rétablissement, acheter des médicaments et nous n’avons jamais pensé à rencontrer ces faits terribles, raconte-t-il.

Aujourd’hui, Néstor attend la réponse des autorités argentines à sa demande de rapatriement de son fils. Il n’y a pas encore eu de demande de libération, ni de présentation au gouvernement bolivien, dit-il, même s’il sait que l’Exécutif argentin actuel ne reconnaît pas le gouvernement de facto en Bolivie.

peo/agp/may