Agence de Presse de l'Amérique Latine

Bolsonaro menace de rompre les relations du Brésil avec l’OMS

Brasilia, 6 juin (Prensa Latina) Le président Jair Bolsonaro a menacé hier de rompre les relations du Brésil avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), estimant que l’agence spécialisée subordonnée aux Nations Unies répond en tant que parti politique.

'L’OMS : (Donald) Trump lui a coupé les fonds. Elle sera en retard sur tout... Je vais vous dire quelque chose. Les États-Unis sont maintenant en dehors. Nous étudions le cas pour l’avenir : soit l’OMS travaille sans idéologie, soit nous serons aussi dehors', a déclaré Bolsonaro à l’entrée du Palais de la Alvorada (résidence présidentielle) à Brasilia.

Il a affirmé que le Brésil n’a pas besoin d’un avis extérieur sur la santé sur place. Bolsonaro semble se regarder dans le miroir de son idole Trump, qui a écarté les États-Unis de l’OMS le 29 mai dernier.

Selon le président étasunien, cette organisation n’a pas réussi à faire les réformes requises et les ressources seront redirigées vers d’autres organismes de santé dans le monde entier.

Sans apporter la moindre preuve, Trump a fait valoir que 'la Chine a un contrôle total sur l’Organisation mondiale de la santé, bien qu’elle ne paie que 40 millions de dollars par an, contre près de 450 millions de dollars par an pour les États-Unis'.

Devant la presse, l’ancien militaire brésilien a juste répondu aux questions en envoyant un salut à son ami Trump. 'C’est mon frère. Je lui ai parlé cette semaine. Nous avons eu une merveilleuse conversation. Le Brésil veut approfondir toujours plus notre relation. J’espère que Trump sera réélu', a-t-il commenté.

Après 100 jours de confirmation de son premier cas de Covid-19 (le 26 février), le Brésil a dépassé l’Italie en nombre de morts et a atteint les 34.21 décès vendredi.

Pendant trois jours consécutifs, le géant sud-américain a compté plus de mille décès et plus de 28 mille nouveaux cas positifs de maladie en 24 heures.

Une telle augmentation se produit au milieu d’annonces de déconfinement, principale mesure pour freiner l’expansion du coronavirus, dans des États qui voient augmenter le nombre de morts, comme Sao Paulo et Rio de Janeiro.

peo/agp/ocs