Agence de Presse de l'Amérique Latine

Bureau de liaison entre la Corée du Sud et la RPDC détruit

Séoul, 16 juin (Prensa Latina) Le bureau de liaison entre la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) et la Corée du Sud a été détruit aujourd’hui, juste une semaine après la cessation des communications téléphoniques et au milieu de nouvelles tensions dans la péninsule.

Le ministère sud-coréen de l’Unification a rapporté qu’à 14h49, heure locale, une explosion a été entendue dans la localité frontalière de Kaesong et que plus tard des images diffusées dans la presse ont montré un énorme nuage de fumée sur place.

Selon cette entité, la RPDC a détruit le bureau et les militaires sud-coréens ont renforcé leur vigilance et leur position de préparation face à d’éventuels affrontements à proximité des zones frontalières.

Séoul a convoqué une réunion d’urgence pour analyser le fait, a exprimé son profond regret et a avancé une ferme réponse contre toute provocation militaire éventuelle.

Plus tôt, l’armée nord-coréenne a indiqué dans un communiqué qu’elle observait de près la détérioration actuelle des relations Nord-Sud et a assuré qu’elle était prête à mettre en œuvre rapidement toute mesure extérieure prise par le Parti et le gouvernement.

Les tensions dans la péninsule ont augmenté ces derniers jours et la RPDC a décidé de couper toute communication téléphonique avec la Corée du Sud en réponse à l’envoi continu de tracts contenant des messages hostiles depuis l’État voisin.

Cette mesure a entraîné la cessation des échanges à partir du bureau de liaison situé à la frontière commune, la ligne directe entre le Parti des Travailleurs du nord et le bureau présidentiel sud-coréen et les militaires.

Séoul, pour sa part, a introduit jeudi dernier un recours juridique contre les deux groupes civils impliqués dans le lancement de la propagande anti-RPDC, les poursuivant pour violation de l’accord de coopération et d’échanges intercoréens et leur retirant l’autorisation d’opérer.

La dénucléarisation et le rapprochement intercoréen sont au point mort à la suite de l’échec du sommet au Vietnam entre le dirigeant de la RPDC Kim Jong-un et le président nord-américain Donald Trump en février 2019.

En 2018, d’importants progrès avaient été réalisés dans ces domaines, dont en particulier le fait que le Nord avait suspendu ses essais nucléaires et balistiques.

Pyongyang critique l’attitude ambiguë de Séoul en faveur de la promotion de liens bilatéraux, sans pour autant incommoder les États-Unis ni lever les sanctions unilatérales.

La République populaire démocratique de Corée vient à l´instant de parution de cet article de confirmer que des forces spécialisées avaient fait exploser aujourd´hui le bureau de liaison conjoint Nord-Sud.

L’Agence centrale de presse coréenne (ACNC) a affirmé que l’action avait été menée conformément au sentiment populaire d’indignation du peuple face à l’outrage à la direction suprême de la RPDC, commis depuis le sol sud-coréen par des personnes que Pyongyang appelle apatrides et contre-révolutionnaires protégés par Séoul.

Elle  a ajouté qu’en détruisant l’ensemble de ces bâtiments situés sur le territoire de la RPDC, à 10 kilomètres au nord de la zone de la ligne de démarcation militaire (LDM), dans la zone industrielle de Kaesong, toutes les lignes de communication entre les deux pays qui partagent la péninsule coréenne sont coupées.

peo/mem/ymr/oda/bjm