Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba a répondu efficacement au Covid-19, reconnaît The Washington Post

Washington, 29 juin (Prensa Latina) Malgré les difficultés rencontrées par Cuba, sa réponse est efficace et énergique lorsqu’elle est frappée par un ouragan ou une pandémie, a reconnu vendredi un article publié dans The Washington Post.

Selon le quotidien d´orientation conservatrice, dont la vision sur le sujet n’est pas sans nuances, quand la plus grande île des Caraïbes est frappée par un ouragan ou une pandémie ses dirigeants apportent une réponse immédiate.

L’article souligne dans son commentaire intitulé 'Un regard sur Cuba, au-delà des sites touristiques et des héros révolutionnaires' les mesures prises dans ce pays pour prévenir et contenir la propagation du coronavirus SARS-Cov-2, responsable du Covid-19.

Il a en ce sens souligné les enquêtes et recherches effectuées au sein de la population en envoyant 'une armée d’infirmières (...) pour faire du porte-à-porte et rencontrer tous les résidents', un travail, même si le texte ne le précise pas, soutenu également par d’autres travailleurs du secteur de la santé et des milliers d’étudiants de carrières sanitaires.

L´article signale que si la fermeture de l’économie cubaine basée sur le tourisme (dont la réouverture est partiellement prévue pour le 1er juillet) a aggravé les conditions matérielles, l’île a réussi à freiner 'une épidémie à grande échelle'.

Le Post a rappelé l’expérience de la nation antillaise dans la lutte contre les urgences en signalant que la pratique de la recherche porte-à-porte se réalise depuis 1981, quand le pays a été frappé par l’épidémie de dengue.

Il a également énuméré d’autres résultats dans la maîtrise de maladies comme le VIH/sida, au point qu´ 'avec une population de 11,5 millions d’habitants, Cuba a enregistré l’un des plus bas chiffres de décès en raison du SIDA par habitant dans le monde'.

La contrepartie est claire : les Cubains, pour la plupart, survivent au pire que la nature leur réserve et quiconque remet en cause l’équation peut regarder vers Haïti, où les cas de VIH/SIDA sont les plus élevés de la région, a souligné l’influent quotidien.

peo/jcm/dfm