Agence de Presse de l'Amérique Latine

En 2021, il y aura un dialogue pour reconstruire le parlement au Venezuela, affirme Maduro

Caracas, 30 juin (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a assuré hier qu’en 2021, un dialogue s’imposera entre tous les secteurs politiques, une fois installée la nouvelle Assemblée Nationale, afin de reconstruire le parlement actuellement inhabilité.

Lors de déclarations depuis le Palais de Miraflores (siège de l´Exécutif), le mandataire a indiqué qu’avec l’arrivée de la droite au pouvoir législatif, après avoir remporté les élections parlementaires de 2015, la non-reconnaissance de la Constitution s’est imposée au sein du parlement.

L´heure du changement est venue pour le Pouvoir Législatif national, a souligné le chef de l’État, tout en exprimant sa confiance dans la volonté du peuple vénézuélien de participer aux élections parlementaires pour élire les nouveaux membres de l’Assemblée Nationale.

Maduro a noté qu’il existe des partis d’opposition, tels que Accion Democratica (Action démocratique), Justicia Primero (Justice d’abord), Soluciones para el cambio (Solutions pour le changement) et le Movimiento al Socialismo (Mouvement vers le socialisme), qui se sont déclarés prêts à participer aux élections législatives.

Plus tôt, les autorités du Conseil National Électoral ont reçu des propositions des partis politiques concernant l’organisation des prochaines élections législatives prévues cette année.

Lors de la cérémonie de remise du Prix National du Journalisme Simón Bolivar ce lundi, le chef de l’État vénézuélien a par ailleurs rapporté que l’ambassadeur d’Espagne dans le pays, Jesús Silva, a servi de complice dans l’incursion armée du 3 mai dernier, dont le but était d’exécuter un coup d’État.

Le président a souligné à cet égard que le gouvernement bolivarien se réserve les actions diplomatiques concernant l’ambassadeur d’Espagne pour sa participation à l’incursion armée et les actions du fugitif de la justice vénézuélienne Leopoldo López.

Ces déclarations ont été faites à la suite d’un article publié par le journal étasunien The Wall Street Journal, dans lequel il est révélé que Lopez, résidant au sein de l’ambassade d’Espagne, a été chargé pendant des mois de recruter des mercenaires afin de renverser le président de la République.

Selon le quotidien, Lopez a examiné environ six propositions de mercenaires et d’entrepreneurs qui exécuteraient différentes incursions militaires pour provoquer une possible rébellion au sein des Forces Armées Nationales Bolivariennes et renverser le chef de l’État vénézuélien.

peo/rgh/lrc