Agence de Presse de l'Amérique Latine

Une députée bolivienne dénonce les démarches pour un crédit illégal du FMI

La Paz, 30 juin (Prensa Latina) La députée bolivienne Lidia Patty a rejeté hier les démarches du gouvernement de facto pour recevoir un crédit du Fonds Monétaire International (FMI) sans l’approbation de l’Assemblée Législative.

La parlementaire pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) a avancé qu’elle déposerait une requête en inconstitutionnalité pour que soit annulé le contenu du décret suprême 4277 qui stipule les recours pour obtenir le prêt.

Patty a rappelé que tout crédit demandé à un organisme international doit être approuvé par l’Assemblée Législative, de sorte que les démarches de l’Exécutif de facto sont illégales et n’ont pas de fondement constitutionnel.

Selon la législatrice, la présidente du pays, Jeanine Añez, est transitoire 'et ne peut pas endetter les Boliviens comme le faisaient dans le passé les gouvernements néolibéraux qui recevaient des prêts et des dons pour un bénéfice particulier'.

Pour sa part, Franklin Flores, également député du MAS, a averti que par ces décisions le gouvernement putschiste d’Añez veut détruire la Bolivie. Les politiques et conditions du FMI ne sont pas efficaces et nous ne pouvons pas permettre la dévaluation de notre monnaie. Nous devons protéger l’économie, que l’on ne répète pas ce qui s’est passé en Argentine, au Chili ou en Colombie, a souligné le législateur.

La Bolivie traverse une crise économique intense en raison des mesures néolibérales des autorités de facto, mises en place depuis le renversement du le président constitutionnel Evo Morales, et de l’actuelle pandémie de Covid-19.

peo/rgh/apb