Articles

L´Armée colombienne reconnait des abus contre une mineure indigène

Bogota, 30 juin (Prensa Latina) L’armée colombienne a reconnu hier l’abus sexuel d’une mineure indigène par des militaires dans le département de Guaviare, à environ 354 kilomètres au sud-est de cette capitale.

Dans un communiqué, le Commandement de la Vingt-deuxième Brigade de Selva, Unité rattachée à la Quatrième Division, a déploré le fait survenu au mois de septembre 2019 et a ajouté que le Bataillon d’Infanterie No.19 général Joaquin Paris, dès qu’il a eu connaissance des faits, a ouvert une enquête disciplinaire.

Celle-ci a été vérifiée par le Bureau du Procureur régional du Guaviare au début de l’année et cette instance, dans l’exercice de son pouvoir préférentiel, a demandé à engager la procédure qui est en cours.

En ce qui concerne l’enquête pénale, il a précisé que les faits étaient connus du parquet de San José del Guaviare.

Il a également assuré qu’ils contribueraient aux demandes des autorités judiciaires et des entités de contrôle dans le déroulement de leurs enquêtes et procédures.

Le Commandement a déclaré qu’il rejetait ce type de faits et, dans le cadre de ses enquêtes, a affirmé qu’il prendrait immédiatement les mesures nécessaires avec la plus grande sévérité et conformément à la loi.

Le nouveau scandale d’abus sexuels commis contre des enfants indigènes en Colombie a été révélé hier par Ariel Ávila, directeur adjoint du journal Pares de la Fundación Paz y Reconciliación.

La victime est une jeune indigène de 15 ans, appartenant à la communauté nukak maku, qui a été enlevée et abusée sexuellement par un groupe de militaires du bataillon Joaquin Paris dans la région de Guaviare.

Selon les révélations d’Avila, également chroniqueur de la revue Semana, il s’agirait d’un cas d’esclavage sexuel, selon les faits rapportés par la jeune fille.

La semaine dernière, le peuple ancestral de l’Embera katío dans le département de Risaralda a signalé qu’une fillette de 12 ans avait été enlevée et violée par sept soldats de l’armée colombienne.

peo/tgj/otf