Articles

Une Cour empêche le Venezuela d’accéder à son or au sein de la Banque d’Angleterre

Londres, 2 juillet (Prensa Latina) La justice britannique a refusé aujourd’hui au gouvernement vénézuélien l’accès aux réserves d’or du pays sud-américain gardées au sein de la Banque d’Angleterre, au motif que le Royaume-Uni ne reconnaît pas le président constitutionnel Nicolas Maduro.

Le verdict rendu ce jeudi par le juge Nigel Teare, du Tribunal Supérieur Commercial, fait valoir que le gouvernement britannique reconnaît sans équivoque le leader d’opposition Juan Guaidó comme mandataire de cette nation.

Les avocats qui représentent la Banque Centrale du Venezuela (BCV) lors du procès contre son homologue anglais ont annoncé qu’ils vont faire appel de la décision de la cour britannique, considérant que le juge Teare ignore 'la réalité sur le terrain'.

Le gouvernement de Maduro est celui qui contrôle le Venezuela et toutes ses institutions administratives, a rappelé le cabinet Zaiwalla & Co. dans un communiqué.

Les représentants légaux du gouvernement vénézuélien ont également attiré l’attention sur le fait que Londres entretient des relations diplomatiques complètes avec Caracas, et qu’aucun des membres du dénommé conseil d’administration « ad hoc » de la BCV nommé par Guaidó ne vit dans la nation sud-américaine.

Dans le cas de la BCV, la poursuite des relations diplomatiques montre que le Royaume-Uni reconnaît toujours Maduro comme président, a noté le texte paraphé par Sarosh Zaiwalla, avocat principal du cabinet défenseur.

L’affaire a été portée devant les tribunaux britanniques après que la Banque d’Angleterre ait refusé de remettre à son homologue vénézuélien l’équivalent d’un milliard de dollars en or des réserves qu’elle lui garde dans ses coffres londoniens.

Les autorités de la BCV ont expliqué que les fonds seraient versés au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), qui serait chargé de gérer l’achat de fournitures médicales, de vivres et de médicaments pour lutter contre la pandémie de Covid-19 dans la nation sud-américaine.

Au cours des auditions qui ont tenues la semaine dernière, les représentants de la BCV ont affirmé que la seule preuve présentée par la chancellerie britannique concernant la reconnaissance de Guaidó en tant que président du Venezuela était un communiqué du ministre des Affaires Étrangères de l’époque, Jeremy Hunt, daté de février 2019.

À cette occasion, Hunt avait annoncé que le Royaume-Uni reconnaissait Guaidó comme président par intérim constitutionnel du Venezuela jusqu’à la tenue de nouvelles élections, mais de l’avis de Zaiwalla, le juge n’aurait pas dû interpréter ces mots comme une déclaration formelle de reconnaissance.

L’avocat a également averti que la décision du tribunal de refuser de rendre l’or à la BCV retarderait encore le procès, au détriment du peuple vénézuélien dont la vie, a-t-il dit, est en danger du fait de la pandémie.

peo/mem/nm